*** “Toute la ville en parle” de Fanny Flagg

Les Etats-Unis d’Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation.
                                                                                                Oscar Wilde

J’aime beaucoup Fanny Flagg. Après « Beignets de tomates vertes », son meilleur, « La dernière réunion des filles de la station service », « Miss Alabama et ses petits secrets » et  « Nous irons tous au paradis » je ne pouvais décemment pas passer à côté de son dernier bouquin.

Cette merveilleuse auteure nous raconte, cette fois,  la création et l’évolution d’un village du Missouri depuis les premiers colons venus de Suède à la fin du 19 ème siècle jusqu’à nos jours.

En un peu plus d’un siècle et demi, on suit l’évolution de la société américaine. L’abandon progressif des coutumes et des qualités d’entraide des premiers pionniers venus d’Europe, remplacées progressivement par le pouvoir de l’argent et de la réussite sociale des descendants devenus des nouveaux américains.

On retrouve, dans ce dernier opus, des  événements  et des personnages de ses romans précédents.  Mais   Fanny Flagg reste une chroniqueuse de la vie des petites villes de l’Amérique profonde  et agit comme une conteuse de veillée, ceci peut expliquer cela. 

J’ai moins apprécié  qu’elle fasse  parler les morts du cimetière, cela permet de suivre et de comparer  les changements sociétaux mais m’a laissé un tantinet sceptique d’autant que certains disparaissent au bout d’un certain temps mais pas tous et qu’elle ne nous dit pas ce qu’ils deviennent.

OK, je chipote, et ce roman est une chronique et non une thèse sur l’évolution après la mort.

Et ce cimetière, à son tour, sera abandonné, tout passe, tout change. Le présent remplace sans vergogne le passé comme le futur le fera du présent. Je suis moins négatif ou peut-être pas américain du tout ou trop vieux mais je crois que de connaitre et se souvenir d’hier  est important pour notre demain.

Malgré certains   défauts de ce livre,  je ne change pas d’avis, Fanny Flagg est une des meilleurs conteuses américaines que je connaisse.

Toute la ville en parle, Fanny Flagg, Cherche Midi, 2019, 512 pages, Chroniques.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou :  L’idée générale qui se dégage du roman est que c’était bien  mieux avant….pas sûr …ou…  pas faux, ça dépend.

 

 

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « *** “Toute la ville en parle” de Fanny Flagg »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *