** “Terreur dans les vignes” de Peter May

A la première coupe, l’homme boit le vin, à la deuxième coupe le vin boit le vin, à la troisième coupe, le vin boit l’homme.
                                                                         Proverbe japonais

Enzo Macleod est un ancien médecin-légiste écossais  installé en France  qui,   comme  détective amateur, tente d’élucider un certain nombre de mystères comme la disparition de Gil Petty un célèbre critique américain d’œnologie.

C’est planté comme un épouvantail dans un vignoble de Gaillac qu’on retrouve, un an plus tard,  son cadavre qui semble avoir longuement séjourné dans du vin.

Les jugements des experts comme  Petty peuvent ruiner un viticulteur mais de là à l’assassiner. Enzo recherche  les dernières notes du critique qui pourraient lui donner une direction dans ses  recherches.

Les relations de notre détective avec les nombreuses femmes qui l’entoure sont souvent tendues. Enzo joue les vieux beaux sur le retour d’âge  entre sa petite amie et la fille de l’œnologue,  a du mal à s’entendre avec (sa ou) ses filles (je n’ai pas bien compris le rapport entre elles*), car il n’aime pas leurs compagnons,  et n’arrive pas a obtenir de  sa collaboratrice qu’elle suive ses instructions.
* et je n’ai pas cherché

D’autres disparitions ont eu lieu dans la région et quand réapparait  un deuxième cadavre qui  a séjourné, lui-aussi, dans du vin, la gendarmerie  s’affole.

Heureusement pour eux, et pour le lecteur, Enzo est là et risquera d’être à son tour  plongé dans  le vin de Gaillac au lieu de s’en imbibé normalement.

Un petit roman policier distrayant dont le principal intérêt est de nous présenter les vins de la région mais dont l’intrigue reste très superficielle et la solution plutôt alambiquée  et ambigüe

Peter May est un auteur prolixe aux sujets variés. Sa trilogie sur les îles Hébrides  fut un de mes coups de cœur en 2012.

Cette nouvelle série n’aura certes pas le même impact sur ma mémoire de lecteur.

Terreur dans les vignes, Peter May, Editions du Rouergue, 2016, 368 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Trop facile pur un auteur écossais  de critiquer  la gendarmerie française. 

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « ** “Terreur dans les vignes” de Peter May »

Répondre à Alex-Mot-à-Mots Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *