*** ”L’ombre du tueur” de Ian Rankin

Le pétrole me parait nettement être l’odeur la plus parfaite du désespoir humain, si le désespoir humain a une odeur.
                                                                                       Pierre Mac Orlan

 

À une trentaine d’années d’intervalle, deux tueurs en série utilise le même modus operandi. Le premier, baptisé Bible John.  avait disparu des radars après trois meurtres. Or, trois jeunes femmes viennent d’être assassinées selon les mêmes méthodes. Est-ce le retour de Bible John ou la police écossaise a-t-elle affaire à un imitateur que les journalistes toujours inspirés ont baptisé Johnny Bible?

À l’époque de Bible John, Rebus, alors débutant, avait aidé son mentor à arrêter un certain Spaven.
Ce dernier après avoir clamé son innocence s’était suicidé. Une contre-enquête des journalistes oblige la police à rouvrir cette enquête. Le policier qui était l’enquêteur principal venant lui-aussi de se suicider, Rebus se retrouve seul pour affronter les bœufs-carottes* et attester que les preuves accusant Spaven n’avaient pas été trafiquées.
* Comme ils sont écossais, on devrait plutôt les surnommées ‘’haggis’’ ou les ‘’all-in-the-pot beef stew’’

Suite à la mort violente d’ un ouvrier d’une plateforme offshore, Rebus se rend à Aberdeen et entreprend une enquête dans le milieu des industries pétrolières. Il soupçonne un homme de main du patron de La mafia de Glasgow d’être le responsable de la mort de l’ouvrier et  pense que les trafiquants ont trouvé dans le pétrole un nouveau terrain pour leurs trafics.

Pendant ce temps, de retour en Écosse, un Bible John excédé d’être imité  cherche à retrouver le copieur.

Entre les ‘’Haggis’’ de l’enquête policière, les agissements de la mafia, les malversations des pétrolières et les cadavres des tueurs en série, Rebus n’a pas le temps de se reposer.

Excellent roman de Ian Rankin ou on retrouve le John Rebus des premiers tomes. Insolent, obstiné, parfois presque caractériel surtout après avoir décidé de se sevrer de ses dépendances à l’alcool et à la cigarette.

 Ce tome se situe deux ans avant ‘‘La mort dans l’âme”* chroniqué quelques jours auparavant.

L’ombre du tueur, Ian Rankin, Gallimard  2002, 642 pages, policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Des vies sombres et peu d’espoirs.

 

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « *** ”L’ombre du tueur” de Ian Rankin »

  1. dasola

    Bonjour Le Papou, j’aime beaucoup le personnage de John Rebus, j’en n’ai pas lu depuis longtemps. Je note celui-là qui me paraît bien. Et je ne trouve pas que Ian Rankin soit aussi pessimiste que l’écrit Alex. Bon samedi.

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Bonjour Dasola, J’aime bien revenir de temps en temps aux auteurs que j’ai beaucoup aimé. Cela me rajeunit,
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *