**** “Les vies de papier” de Rabih Alameddine

J’essaie de vivre sans me mêler des vies des autres car je ne souhaite pas que les autres se mêlent de la mienne.
                                                                                                    Aaliya

Je suis l’inoffensivité incarné.
Ce n’est pas la première phrase du roman mais elle aurait pu dû l’être.

Aaliya vient d’avoir 72 ans, les cheveux nouvellement bleus dus à son shampoing et surtout à sa vue déclinante qui l’empêche de lire les instructions d’utilisation.

Ancienne vendeuse dans une librairie, traductrice non publiée,  en arabe, des romans français ou anglais qu’elle aime. Aaliya revient sur sa vie solitaire dans un Beyrouth en pleine évolution sauvage, séparée par  des clivages multiples créés par  diverses factions ethniques, politiques ou religieuses qui se sont combattues dans une guerre civile  entre 1975 et 1990.

Pendant des années elle fut capable de se convaincre  qu’elle était spéciale, différente par choix. 

Ce roman aborde la violence anonyme de  la solitude, du vieillissement inéluctable, et de la mort pour  ces enfants qui n’ont connu ni l’affection ni la tendresse de leurs parents, pour ces innocents que la guerre détruit, pour ces personnes incapables de s’intégrer socialement, parce qu’elles se trouvent laides, ou trop grosses ou trop maigres. Tous ces humains pour qui le mot amour est juste un mot sans définition personnelle mais reste le principal thème des romans où ils se réfugient.

Une belle écriture que je pensais celle d’une femme avant de lire la bio de Rabih Alameddine*, parsemées de citations d’écrivains souvent inconnus ce qui confirme mon inculture mais bon, comme il aime “les mémoires d’Hadrien” de Marguerite Yourcenar … je lui pardonne.
*Merci, Wiki…

Les vies de papier,  Rabih Alameddine, Ed. Les Escales, 2016, 336 pages, Roman
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Peut-on vraiment vivre solitaire et heureux ? 

 

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « **** “Les vies de papier” de Rabih Alameddine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *