* (*) “Les quatre” d’Agatha Christie

L’espionnage serait peut-être tolérable s’il pouvait être exercé par d’honnêtes gens.
                                                                                                                         Montesquieu

Quatre personnages veulent contrôler le monde, le numéro 1 est un chinois qui n’apparait jamais, le numéro 2, un richissime américain, le numéro 3, une savante française et enfin le numéro 4 est le « Destructeur », le maitre des basses-œuvres qui protège le cartel en éliminant tous ceux qui pourraient lui nuire.

C’est en s’attaquant aux crimes de ce “Destructeur” que Poirot va, au péril de sa vie, tenter de s’opposer aux desseins du quatuor.

On aurait pu titrer ce roman « d’un crime à l’autre jusqu’à la solution finale ». Poirot n’est pas encore le personnage qu’il deviendra ultérieurement, il court d’un crime à l’autre, demande à Hastings de se déguiser, il va même…mourir et, sacrilège, sacrifier sa célèbre moustache.

Roman d’espionnage, pas son meilleur, et loin des excellents « whoduntit » qui feront la célébrité de Dame Agatha. C’est l’occasion, pour moi, d’élaborer une de mes plus courtes chroniques.

Les quatre, Agatha Christie, Le Masque, 1927, 188 pages, Policier-espionnage
*ouais  *(*) Ouais bon ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Même pour ce roman plutôt quelconque, je n’en mettrai pas.

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « * (*) “Les quatre” d’Agatha Christie »

  1. dasola

    Bonsoir le Papou, il faudrait que je relise cet AC, je ne me rappelais pas qu’Hercule Poirot se rasait la moustache (My God!). Bonne fin d’après-midi et bon réveillon de fin d’année.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *