** Les disparus de la lagune” de Donna Leon

Lorsque la dernière goutte d’eau sera polluée, le dernier animal chassé et le dernier arbre coupé, l’homme blanc comprendra que l’argent ne se mange pas.
                                                                                                   Sitting Bull

Lors de ma dernière lecture de cette auteure d’une trentaine de romans policiers mettant en vedette le commissaire Guido Brunetti et surtout la ville de Venise, j’avais trouvé une certaine redondance  dans les enquêtes.

Deux années et un roman plus tard j’ai eu envie de  retrouver ce commissaire qui reste un de mes préférés par son empathie, son allure tranquille, sa vie de famille sans histoire, son amour de sa ville et son goût pour la cuisine locale.

Fatigué, Brunetti décide de prendre quelques jours de congé dans l’île de Sant’Erasmo. Il se rend compte que le gardien de la villa est  un vieil homme qui fut le partenaire de son père, un pêcheur et un apiculteur qui voit mourir ses abeilles et  s’accuse d’avoir provoqué le décès de sa femme deux ans plus tôt.

Après quelques jours, le vieil homme disparaît pendant une tempête et son corps est retrouvé sous sa barque, attaché à l’ancre.

Suicide ou meurtre ?

L’enquête informelle de notre commissaire va remonter à un accident survenu 20 ans plus tôt dans un entrepôt de marchandises dangereuses.

Je sors de cette lecture mitigé entre le plaisir de retrouver Brunetti et l’impression d’avoir déjà lu une enquête sur la pollution du site vénitien et les malversations des bandes de criminels pour contourner les lois.
Il est évident que les enquêteurs ont plus souvent affaire à des meurtriers sans âme, des crapules en smoking, ou des escrocs sans scrupule qu’à des enfants de chœur servant la messe, et que les mobiles sont toujours les mêmes, l’appât du gain, la vengeance, la colère et ou une combinaison des trois.
Pas facile de se renouveler !

Les disparus de la lagune, Donna Leon,  Calmann-Lévy, 2018, 360 pages, policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : J’aurais aimé une fin plus académique, malheureusement toutes les enquêtes n’aboutissent pas toujurs à des accusations ou des condamnations.

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « ** Les disparus de la lagune” de Donna Leon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *