*** “Les bracassés” de Marie-Sabine Roger

L’handicap est une forme de singularité, qui met en avant d’autres qualités insoupçonnées. 

 

Je ne pense pas être le seul à me sentir gêné en rencontrant des personnes différentes par leurs handicaps, leurs infirmités, leurs gestuelles ou leurs langages.

Je suis comme pris entre la compassion et cette maudite curiosité malsaine de regarder sans voir.

Mais, que pensent ces personnes  de ces regards qui se détournent?

C’est ce sujet difficile qu’aborde l’auteure dans ce roman surprenant en leur donne la parole.

Atteinte du syndrome de Gilles de la Tourette, Harmonie est une jeune femme  affligée de  tics moteurs et sonores et de problèmes  comportementaux qui nuisent à son fonctionnement social.

Fleur est une dame obèse de 76 ans hypocondriaque, dépressive , agoraphobe et complètement dépendante d’une multitude de médicaments censés améliorer son anxiété permanente.

Ces deux femmes, habitent le même quartier, et ne sont pas destinées à se rencontrer. Le jour où Fleur recherche quelqu’un pour garder son chien,  Harmonie répond à cette annonce.

Quand le petit ami d’Harmonie qualifie de « bras cassés »  les personnes ayant des problèmes sociétaux, Harmonie le quitte ne sachant ni où aller ni que faire pour continuer à vivre.
Finalement  elle demandera à Fleur de l’héberger.

Et puis d’autres « handicapés »vont se greffer au duo, Elvire atteinte de nystagmus mouvement involontaire des deux yeux qui change alternativement de sens, Tonton qui, malgré son surnom, est une femme plutôt hommasse et mal embouchée, Mr Poussin, dont les presque 103 ans n’ont en rien embellie la laideur initiale et qui photographie les passants du quartier depuis son adolescence.

Après quelques chapitres je ne savais trop si ce roman allait me plaire et puis je me suis attaché à ces « bracassés», à leurs sensibilités à leurs volontés de survivre comme tout le monde en dépit de leurs problèmes, et surtout à leur humour parfois corrosif.

De la même auteure j’avais déjà beaucoup aimé  « Trente six chandelles », elle remet ça avec ce joli roman sur la « résilience »* qu’elle traite avec beaucoup d’amour et de fantaisie .
*mot à la mode que je réussis enfin à utiliser

À lire pour retrouver foi en  l’humanité

Les bracassés, Marie-Sabine Roger, Ed du Rouergue, 2018, 314 0agesm roman social
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Une fin un peu trop sentimentale, si seulement la vie pouvait être aussi chaleureuse que dans certains romans. Malheureusement …

 

Be Sociable, Share!

5 réflexions au sujet de « *** “Les bracassés” de Marie-Sabine Roger »

  1. BlueGrey

    De Marie-Sabine Roger j’avais beaucoup aimé “La tête en friche”. A priori on retrouve ici cette tendresse pour des personnage un peu “hors normes”… Cela devrait donc me plaire !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *