*** “Le secret de la femme en bleu” de Marc Paillet

L’aristocratie a trois âges successifs : l’âge des supériorités, l’âge des privilèges et l’âge des vanités. Sortie du premier, elle dégénère dans le second et s’éteint dans le dernier.
                                                                  François René de Chateaubriand 

Le comte Childebrand et l’abbé Erwin,  missi dominici de Charlemagne,  sont les héros de cette série.

L’empereur envisage de se rendre dans  sa résidence impériale de Thionville où vit Regina sa favorite.
La première dame d’atours de celle-ci et ses deux enfants sont assassinés et deux coffres contenant les sommes destinées à remettre le palais en état sont dérobés.

Charlemagne envoie son cousin Childebrand, sans son compère Erwin, pour enquêter sur ces meurtres sordides et sur ce vol. Erwin est-il en disgrâce où le testament en préparation pour le partage de l’empire l’oblige-t-il à ne faire appel qu’à sa parenté ?

Dès son arrivée, Childebrand se rend compte du laxisme  des responsables du domaine  aussi bien dans la protection du site que dans l’enquête qui a suivi les crimes, de nombreuses questions  en découlent.

La pièce où la suivante a été assassinée devait être celle de la favorite. Le vol est-il la principale raison des événements ? La  mort de la favorite et de ses deux enfants, fils de l’empereur,  était-elle  prévue ?

Cet opus n’est pas exactement la suite du  «  spectre de la nouvelle lune » mais il est préférable de les lire dans l’ordre puisque les actions et ls motivations d’un certain nombre de personnages s’expliquent  mieux.

Childebrand, beaucoup plus habile dans le maniement des troupes et des armes a du mal, en dépit de l’aide de ses acolytes habituels, à percer « le secret de la dame en bleu », heureusement Erwin qui fait retraite dans une abbaye proche va l’aider  discrètement pour ne pas froisser l’empereur.

Ce dernier sera-t-il vraiment dupe ?

Ce nouveau tome effleure le futur héritage de Charlemagne auquel succédera  les   guerres de succession.

Le secret de la femme en bleu, Marc Paillet, 10-18, 1998, 251 pages, Policier historique
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou :  J’aurai aimé plus de précisions sur ces aquitains qui refusent la domination de l’empereur.

 

*

 

 

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « *** “Le secret de la femme en bleu” de Marc Paillet »

Répondre à Yueyin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *