** ”L’affaire du pourpoint” de Fiona Buckley

Tout mes biens pour un peu de temps
Elisabeth 1 ère

Il existe des cycles de lecture comme des périodes de déprime ou de plaisir, on sait quand cela commence et on n’a aucune idée quand cela finira.

J’ai eu ma période aventures et polars historiques avec, entre autres, des auteurs comme Michelle Barrière, Tracy Chevalier, C.L. Grace, Christian Jacq, Andrea H. Japp, Marc Paillet, Anne Perry, sans oublier Ellis Peters et son Frère Cadfael ainsi que Peter Tremaine et sa magnifique sœur Fidelma.

Le goût de ces lectures pseudo-historiques s’en était allé tranquillement en même temps que le goût de la lecture en général. J’ai dû passé d’une bonne soixantaine de titres par année à moins d’une trentaine.

Je replonge dans de vieux amours avec d’anciens auteurs qui ne nécessitent aucuns efforts mais me redonne envie de continuer.

Après deux romans policiers voici un premier roman d’aventures historiques dont l’héroïne Ursula Blanchard, dame d’honneur de la reine Elizabeth 1 ère, qui, sous la tutelle de Lord William Cecil, séduit les puissants et apprend à forcer les serrures afin de transmettre des informations à ses commettants.

Ursula Faldene Blanchard de la Roche Stannard, après son veuvage a épousé une aristocrate catholique partisan se Marie Tudor , qui a dû fuir l’Angleterre pour éviter l’emprisonnement.

Sans fortune. maman d’une petite fille, elle est épaulée par son fidèle domestique, Roger Brockley, qui lui, se sert plutôt de ses muscles.

Ursula est envoyée chez les Mason, catholiques fervents, pour récolter des informations sur un éventuel complot.

Perturbée entre l’amour de son mari et celui de sa reine, pratiquement décidée à fuir l’Angleterre pour rejoindre son époux, elle est attirée dans un piège par une fausse lettre de ce dernier et décide finalement de poursuivre sa mission.

Seulement un éventuel complot peut en cacher un autre avec d’autres raisons beaucoup plus malhonnêtes et encore plus dangereuses.

Honnêtement je n’ai pas retrouvé chez Fiona Buckley le même plaisir que me donnait Ellis Peters ou Peter Tremaine… question d’époque peut-être.

L’affaire du pourpoint,   Fiona Buckley, 10/18, 2006, 352 pages, aventures historiques
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Je cherche encore le pourpoint mentionné dans le titre.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *