** ” La 16e séduction” de James Patterson et Maxine Paetro

Trop, c’est comme pas assez  !
                                      Dicton québécois

Nouvel opus de la série « Wome’n Murder Club » et certainement le dernier pour un moment. C’est mon troisième en quelques jours… Je sature.

Une vague de terrorisme sévit aux États-Unis depuis quelques mois. Après les événements de « La 15e  affaire », Lindsay Boxer  séparée de son mari, accepte toutefois une invitation à dîner. Près de leur restaurant, une énorme explosion détruit le musée des sciences, causant de nombreuses victimes.

Joe se rue dans les décombres et est grièvement blessé par une deuxième explosion.

Au milieu de l’affolement général, Lindsay remarque un homme qui regarde les décombres, le sourire aux lèvres. Interpellé, il avoue spontanément être l’auteur de l’attentat.

Lors  des interrogatoires, le suspect dénommé Connor Grant, professeur de physique, va se rétracter et refusera  de confirmer  sa culpabilité. Puis durant  son procès, Connor, qui se défend seul, obtient son acquittement.

Qui est vraiment ce Connor Grant, dont Lindsay est sûre de la culpabilité ? 

Pendant ce temps, un tueur à la seringue sévit dans un San Francisco effrayé.
Qui est ce tueur sans scrupule?

On connaît rapidement la réponse à cette deuxième question puisque on suit les pensées et les pérégrinations de l’assassin.

Pour Connor Grant il faut attendre la fin du roman pour connaître ses origines tumultueuses et son passé  effrayant.

C’est le premier roman de cette série où les auteurs nous immiscent dans la tête des tueurs, ce n’est pas ce que j’aime le plus car j’ai tendance à me mettre à la place des enquêteurs et savoir ce qu’ils ne savent pas encore me dérange toujours.

Mon incursion chez Patterson va s’arrêter là,  pour le moment du moins.

La 16e séduction, James Patterson et Maxine Poeti, JC Lattès, 2018, 299 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Les aventures de Lindsay manque parfois de crédibilité,  cette  qualité qui rend  quelque chose susceptible d’être cru.

 

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « ** ” La 16e séduction” de James Patterson et Maxine Paetro »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *