Ballade romaine sans la visiter

J’ai lu un livre sur Rome mais je ne vais pas vous en parler, enfin pas maintenant. D’abord parce que je ne suis pas avec vous, ce que je regrette, et qu’ensuite parler tout seul n’a que peu d’intérêt. Vous rencontrerez mon billet sur mon blog quand le courage vaincra ma paresse.

Je ne fus pas à Rome. Je fus à Vérone pour Roméo et Juliette, à Venise pour le pont des Soupirs, à Florence la bellissima et à la piccola et peu connue Tavernelle aussi, mais pas à Rome ; à l’évidence, une erreur de parcours qui m’a fait rater les berges du Tibre pour retrouver les rivages de l’Adriatique.

Donc, je n’ai jamais  visité Rome et je le regrette, mais il me reste quelques réminiscences de mes études antédiluviennes.

Ainsi quand j’entends le mot « Rome », je pense à Camille qui le répète assez souvent pour qu’on s’en souvienne :

Rome, l’unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !
Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !
Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !

Rome c’est aussi un zoo virtuel avec la Louve de Remus et Romulus, les oies du Capitole, les chevaux marins et les tritons de la fontaine de Trevi dont j’ai admiré les photos. J’aime les fontaines.

Rome, enfin, c’est la ville qui donnait de la mouture aux journalistes de l’époque qui pouvaient s’étendre plusieurs mois sur l’incendie de Néron ou l’assassinat de César, il est vrai que graver les nouvelles avec un stylet sur une tablette de cire prenait plus de temps qu’envoyer un twit.

Quels monuments n’ai-je pas visités et dont j’ai entendu parler ? Le Panthéon, le Colisée, ou son antique forum. Et enfin, aller à Rome s’est visité un autre pays sans se déplacer en se rendant à la basilique voir la Chapelle Sixtine.

Quels promenades n’ai-je point encore faites : Les jardins de la villa Borghèse ou la place d’Espagne.

Voilà, c’est à peu près tout ce que  le béotien que je suis, un autre de mes surnoms, je connais de Rome.

D’aucuns ici-bas pourraient me lancer : c’est un peu court jeune homme! Je les en remercierai de me voir encore jeune et, en flagornant leur beauté, je les empêcherai de mettre leurs lorgnons.

Je vous souhaite une belle promenade livresque accompagnée de « carciofi alla giuda* », de « pasta cacio e pepe** » de « saltimbocca alla romana ***» ou de « porchetta ****»,
*Artichauts à la juive
** Pâtes au fromage pecorino et poivre
*** Veau à la romaine
**** Porcheta

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *