** « Y’en a marre des blondes » de Lauren Henderson

La légèreté, c’est peut-être ça l’âme heureuse.
                                                                 André Major

0156306Sam Jones, l’héroïne de cette série de Lauren Henderson, n’est ni policière, ni détective privée, mais possède toutes les qualités d’une chatte à moitié sauvage dont la curiosité se complait  aussi dans des relations libertines sans lendemain.

Sculptrice en devenir et professeur d’haltérophilie à temps partiel dans un gymnase de Camden Town, elle trouve  dans les toilettes le blond cadavre de la directrice, malaimée de ses collègues pour diverses raisons.

La principale étant la présence de son amant Derek, un beau et noir professeur de musculation, un félidé lui aussi dont le seul but semble d’entreprendre des relations sans lendemain avec toutes les chattes blondes  qui passent à porté  de sa q… ses vibrisses*.
*Je refuse d’être libidineux même par accident.

Ce fut le cas avec une certaine Naomi, dans le vestiaire des hommes, juste avant le meurtre.
Toutes celles qu’il a ba.. entrepris*, et elles sont nombreuses, voudraient bien évincer la prétendante actuelle mais de là à passer au meurtre ne parait pas crédible à notre détective amateur.
*Même note qu’au paragraphe précédent.

Tous savaient, il y a quelques mâles dans la chatière, que feue la directrice voulait changer la vocation du gymnase pour en faire un endroit plus branché donc,  plus cher. Cela avait déplu  à certains professeurs aux idées politiques fort loin de l’élitisme, sans oublier le risque de se retrouver au chômage.

Une ambiance,  un humour et une enquête tout en légèreté, comme une bulle de savon dont on ne se souvient guère après sa fin, dans un Londres multiethnique, bien loin du pain béni des polars anglais, la bourgeoisie sclérosée et bien éduquée.

Tout au long de ce roman je me suis demandé pour quelles raisons Sam voulait se mêler d’une enquête qui pouvait ne lui apporter que des ennuis.
Serait-ce à cause du gaillard brigadier Hawkins ?

Une lecture tranquille, un style plus américain qu’anglais rappelant quelque peu Janet Evanovich et finalement une bonne lecture pour se reposer les méninges.

Y’en a marre des blondes, de Lauren Henderson, Points, 2001, 318 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou: Une police pas trop crédible, heureusement la petite chatte enquête !

 

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « ** « Y’en a marre des blondes » de Lauren Henderson »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *