*** « Voyage avec un âne dans les Cévennes » de Robert Louis Stevenson

Il y a beaucoup d’êtres puissants et rien n’est plus puissant que l’homme.
Sophocle

stevensonDans ma série voyage au XIXe siècle , « Karpathia » de Mathias Menegoz* se passait en 1830, « L’homme aux lèvres saphir » de Hervé Le Corre évoluait en 1870 et comme je souhaite me rapprocher tranquillement du siècle de ma naissance, je vous présente maintenant  les chroniques du voyage de l’auteur de « L’île au trésor »** dans les Cévennes en l’an de grâce 1879.
*Pas encore chroniqué
**Non plus

Le 22 septembre, il débute un périple qui va durer 10 jours, depuis Le Monastier, village près du Puy, « fameux par sa dentelle et son ivrognerie, la liberté de ses propos et ses dissensions politiques ».

En dépit de son orgueil et de sa supériorité d’anglo-saxons ou pour être plus précis de protestant écossais, fier de l’être,  Stevenson mentionne à plusieurs reprises l’hospitalité naturelle des montagnards.
« On m’y considérait avec une piété* dédaigneuse comme un individu qui aurait décidé un voyage dans la lune. »
*pitié,
peut-être

Il a acheté Modestine, une ânesse qui dès le début de la randonnée montre le caractère propre à ses congénères.
L’allure de Modestine « était quelque chose de beaucoup plus lent qu’une marche, lorsque la marche est beaucoup plus lente qu’une promenade ».

Cette longue course solitaire permet à notre écrivain vagabond d’apprécier les beautés des rudes paysages qu’ils parcourent* sur des « sentes rocailleuses », au milieu « de pics ceints de neige », entouré de châtaigniers qui « dégageaient un parfum d’une douceur légère qui errait dans l’air de l’après-midi. L’automne avait posé ses teintes d’or et de flétrissure sur leur verdure et le soleil, brillant au travers, atténuait leur rude feuillage… » et de réfléchir à plusieurs sujets relatifs à la région qu’il traverse.
*Modestine a son importance.

Ce pays, resté en grande partie protestant, fut le fief des camisards qui, après la révocation de l’ Édit de Nantes et les exactions des soldats de Louis XIV, se révoltèrent, assassinant entre autre l’Abbé du Chayla, l’Archiprêtre des Cévennes, responsable de nombreuses condamnations à mort.

Écossais protestant, Stevenson, est surpris que la religion réformée possède encore de nombreux disciples qui, deux cents ans plus tard, vivent en bonne intelligence avec les catholiques. Ses réflexions sur les religions ont une grande importance durant tout son voyage incluant sa visite prolongée dans l’Abbaye de Notre-Dame des Neiges où vivent de nombreux moines cisterciens.

Stevenson décrit la vie des habitants de cette région encore sauvage où le mythe de la bête du Gévaudan reste très vivace, et nous offre quelques descriptions intéressantes sur l’époque.
« L’auberge du Bouchet-Saint-Nicolas est typique » : Une maison de campagne avec la cuisine et l’étable contigües, au sol de terre battue, un dortoir unique sans autre commodité que les lits. Quiconque à la fantaisie de faire sa toilette doit y procéder en publique. Une nourriture frugale, des vins médiocres et une eau-de-vie abominable sans oublier « la visite d’une énorme truie se frottant à nos jambes sous la table« .

Un livre  rafraichissant !

Voyage avec un âne dans les Cévennes » de Robert Louis Stevenson, Flammarion, 2013,
170 pages, Chroniques
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Avec les nouvelles lois sur la protection des animaux, Stevenson aurait eu quelques problèmes.

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « *** « Voyage avec un âne dans les Cévennes » de Robert Louis Stevenson »

  1. Alex-Mot-à-Mots

    Offert à mon cher et tendre qui a passé son enfance dans les Cévennes et qui en garde une nostalgie que je ne peux pas comprendre. (J’espère juste que l’on n’ira jamais à dos d’âne en pèlerinage là-bas….)

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      La « randonnée Stevenson » a été balisée. A pied ou sur un âne, ça fait, quand même, une sacrée trotte. 🙂
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *