****  »Vi » de Kim Thuy

‘’Le succès annonce souvent un malheur’’

vi-201x300À sa naissance, elle fut nommée Bâo Vi,  »Précieuse Minuscule ». Elle était la petite dernière que les parents et les trois frères ainés devaient protéger du monde.

Vi était née au Vietnam, avant la réunification qu vit les communistes prendre le contrôle de tout le  pays et s’en prendre aux nantis, aux privilégiés, aux suppôts du capitalisme dont faisait partie sa famille.
Son grand-père était un gros propriétaire terrien.
Son père vivait dans une opulence paresseuse.

Sa mère n’était ni belle ni riche. Aussi, éblouie par son mari qui avait daigné la choisir, elle avait pris le contrôle de ses affaires pour  continuer à le gâter.

Cette mère forte et dominatrice prenait toutes les décisions tout en apprenant  à Vi à devenir le plus invisible possible. Elle prit celle de fuir son pays avec ses enfants sans son sybarite d’époux.
Devenus des ‘’boat people’’ avec tous les risques que cela supposait, naufrages, piratages, vols et viols, ils aboutirent en Malaisie puis au Canada.

Kim Thuy est une magicienne de l’écriture. Elle présente ses personnages en quelques mots, construit une situation en quelques phrases, raconte une histoire en quelques courts  épisodes avec des images colorées, des odeurs persistantes et des saveurs rares ou exotiques. Aucune insistance, ni emphase, ni violence, pourtant la violence est là, latente, dans l’existence de cette migrante invisible qui se sous-estime, dans la force tranquille mais sans faiblesse de sa mère, dans  la volonté de réussite de son frère, dans l’absence du père, dans la recherche de ses racines et finalement  dans les abandons répétitifs des hommes qui vont un temps partager  sa vie.

À partir de sa propre histoire, Kim thuy nous offre un personnage magnifique dans ses faiblesses, dans ce mal-être  qui perturbe tous les immigrants. Celui de n’appartenir ni au pays de leur naissance, ni à celui qui les a accueilli.

Le premier livre de Kim Thuy,  »Ru », avait été un coup de cœur et je vais éviter de vous donner  les mauvaises raisons qui m’avaient convaincu de ne pas lire le suivant,  »Man », ce que je regrette maintenant*.
*Une prochaine lecture

Les avis de Mâme Yue Yin et celui d‘yspaddaden.

Lisez Kim Thuy sans modération !

PS : J’adore la photo de la page de couverture.

Vi de Kim Thuy, Éditions Lana Levi, 2016, 158 pages, Roman
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou :  »Vi » aurait pu être  un coup de cœur. Mais qui était  »Vi » ? Certainement un mélange de plusieurs immigrantes vietnamiennes  dont Kim Thuy elle-même.  L’ambiguïté m’a gêné.

 

 

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « ****  »Vi » de Kim Thuy »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *