*** « Un outrage mortel » de Louise Penny

Agis avec gentillesse, mais n’attend pas de la reconnaissance.
                                                           Confucius

Louise Penny fait maintenant partie de mes auteurs chouchous. Quand dans ma librairie préférée, je tombe sur  son nouveau roman, mes bonnes résolutions économiques prennent le bord.

Après avoir été gravement blessé lors d’une opération contre certains dirigeants corrompus de la Sureté du Québec, Armand Gamache a pris sa retraite dans le petit village de Three Pines.

Ses proches sont surpris lorsqu’il accepte de reprendre du service comme commandant de l’école de Police. Notre ancien détective à la brigade des homicides est persuadé que l’école était utilisée pour  recruter et pervertir de nouveaux agents afin de  favoriser les malversations des dirigeants véreux.

Après avoir démis un certain nombre d’enseignants et rétrogradé Leduc, surnommé le Duc, l’ancien directeur, à un simple poste de professeur, il se rend compte que les étudiants de troisième année ont certaines difficultés à accepter ses nouvelles règles.

À Three Pines, Olicier, l’un des propriétaires de l’auberge en rénovation, retrouve de nombreux documents cachés dans un mur et remet à Gamache une carte centenaire qui indique le village alors que sur toutes les cartes modernes, il n’est jamais mentionné.

Comme devoir d’enquête, il  remet des copies de  ce document à  quatre étudiants, deux anciens, un garçon qui le déteste et une élève d’origine chinoise et deux bleus, un jeune gay et une gothique dont Armand Gamache a longtemps hésité avant de l’accepter dans l’école pour des raisons qui ne seront dévoilées qu’à la fin du roman.

Leduc, l’ancien directeur, est retrouvé assassiné d’une balle dans la tête et une copie de la carte retrouvés dans  le tiroir de sa table de nuit.

L’enquête est confiée à Isabelle Lacoste, la nouvelle responsable des homicides à la suretée du Québec et ancienne collaboratrice de Gamache. Un haut gradé de la Gendarmerie Royale du Canada est désigné, sur demande d’Armand,  pour surveiller la  neutralité de l’enquête.

Le responsable de la GRC suspecte très rapidement Armand Gamache de cacher certains éléments et d’être responsable du meurtre.

Il n’y a jamais de violence gratuite dans les romans de Louise Penny mettant en vedette Armand Gamache, ce gentil policier  qui cache sous son apparence débonnaire un esprit acéré et aussi tortueux que Machiavel lui-même.
Cette fois, ses amis sont inquiets. Que cache cette décision de laisser l’enquête se dérouler sans lui ?

Un outrage mortel, Louise Penny, Flammarion, 2017, 496 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou :Pour une fois, aucun décès suspect dans  le village « tranquille » et introuvable de Three Pines.

Be Sociable, Share!

3 réflexions au sujet de « *** « Un outrage mortel » de Louise Penny »

  1. Yueyin

    Je viens de le finir et j’ai beaucoup aimé… Pour répondre à ton bémol, ça devenait suspect tous ces morts dans un si petit village non ? Et j’aimerais toujours aller à sa recherche un été prochain

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Si tu viens, on ira. Au fait les Fievet devraient venir en juin, ceci pour éviter un afflux en même temps quoique finalement tu n’es plus que trois, et on a de la place.
      Bisous
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *