*** « Un long retour » de Louise Penny

En dépit de leurs grandes violences, les romans resteront toujours, qu’une pâle copie de la réalité.

ACH003717208.1438228507.320x320Des questions irritantes surviennent si on ne lit pas les livres dans l’ordre de leur parution.

Dans ce dernier opus des aventures d’Armand Gamache, Ruth et Rose se promènent dans le village en jasant « fuck, fuck, fuck… ». Ruth est la vieille poétesse célèbre et acariâtre qui cache sa bonté sous des épines de cactus et la grossièreté de ses propos. Rose est la cane adoptée qu’elle habille parfois,  lorsque les frimas de l’hiver sont trop intenses.
Quel est le problème ? Je suis sûr que Rose s’est envolée une fin d’automne avec tous ses congénères, abandonnant Ruth qui a continué à arpenter le village en solitaire. « Fuck, fuck, fuck » !

Était-elle vraiment partie vers des contrées plus chaudes* ? Est-elle revenue au printemps ?
*J’ai trouvé ma réponse, à la page 345. (ouf!). 345 pages avant d’être rassuré, c’est long en tabar…

Armand Gamache, retraité du service des homicides de la police de Montréal, s’est retiré avec son épouse dans le fameux et…introuvable village  de Three-Pines où il coule des jours tranquilles, loin des folies meurtrières des hommes et des complots politiques de ses collègues.

La réussite artistique de Carla a engendré la jalousie silencieuse de Peter, son mari. Aussi a-t-elle exigé une séparation d’une année pour faire le point sur leur couple*. Mais Peter n’est pas revenu et Carla, très inquiète, demande à notre ancien inspecteur  de le rechercher.
*voir « La Faille en toute chose ».

Depuis le début, j’ai aimé les romans de Louise Penny. Pourtant on y parle souvent de peinture, de musique* et de poésie. Arts auxquels mon cerveau reptilien n’admet qu’une alternative, j’aime ou « j’aime pô », restant complètement réfractaire à toutes  interprétations alambiquées des ‘’experts’’.
* dans ‘’Le beau mystère’’

Malgré cette incompétence  artistique, je compare  Louise Penny a une romancière impressionniste. Elle modifie, par petites touches imperceptibles, la trame de son récit, altérant une perspective, enjolivant une attitude, mélangeant sur sa palette littéraire, émotion, intuition, sensibilité et tendresse*, tout en y glissant les petits bonheurs épicuriens que sont viennoiseries, confiture ou marmelade.
*Un petit thé et un scone avec ça.

Ainsi le lecteur avance sans se rendre compte que le tableau initial est en train de changer, que l’histoire évolue vers un dénouement qui n’a plus rien à voir avec ses prémices. De Three-Pines à Paris, à Venise, à Dumfries en Écosse, à Toronto, à Saint-Paul, à Tabaquen, Gamache aidé de Beaudoin suit le parcourt de Peter, pour découvrir enfin que sa disparition pourrait avoir un lien avec la folie vengeresse d’un artiste envieux. Mais lequel et envers qui ?

Louise Penny a trouvé une nouvelle façon de tuer son prochain. Une façon sans violence directe mais avec le risque que le meurtre ne se réalise jamais. Si vous voulez en connaitre la manière*, il vous faudra lire ce surprenant récit.
*cela peut toujours servir.

P.S. : J’ai mentionné mes petits problèmes de compréhension, en voici un autre.
page 309 Carla sort une pastille…et la pose sur le banc du bateau.
page 310 elle prend la pastille sur le banc.
page 314 Gamache  baisse les yeux sur la pastille qui s’est coincée entre deux lattes du banc.
Un tas de possibilités s’offrent au lecteur : une autre pastille, la même reposée délicatement ou relâchée brusquement lors d’une embardée du navire, a-t-elle été sucée et recrachée ?, etc… Aucune ne m’a paru satisfaisante*.
*Je sais…je pinaille.

Le billet de Dâme Yueyin est .

Un long retour, Louise Penny, Flammarion, 2015, 448 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Est-ce la fin des aventures d’Armand Ganache ?

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « *** « Un long retour » de Louise Penny »

  1. Yueyin

    Rose était revenue dans un des épisodes précédents, je ne sais plus lequel mais c’était émouvant 🙂 pour la pastille, je n’ai pas noté 😀 mais j’ai beaucoup aimé cet opus…

    Répondre
  2. Genevieve

    Tellement bon cette auteure! Je l’adore 🙂 J’ai adoré celui-là et j’aime retrouver toutes sortes de choses sur l’art, la musique, etc dans ses livres. C’est captivant! Du « polar » réconfortant!
    Je ne crois pas que c’est la fin des aventures de Gamache. Il est présent dans son prochain livre The Nature of the Beast qui devrait être traduit et paraître à l’automne 2016.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *