**** « Un avion sans elle » de Michel Bussi

 Dans une corrida, des fois, c’est le taureau qui gagne !

CVT_Un-avion-sans-elle_4508En 1980, le crash d’un avion sur le mont Terrible, dans le Jura, fait 150 victimes et une miraculée. Un bébé de quelques mois, blond aux yeux bleus. Deux familles vont se le disputer. Les de Carville, une riche famille d’industriels et les Vitral, des besogneux communistes, vendeurs sur les foires de sandwichs et autres chichis dans un camion Citroen*. Les riches contre les pauvres, l’argent contre l’amour, l’arrogance contre la fierté.
*Un des « personnage » principal du roman.

Une guerre de procédure, une bataille entre avocats connus et jeunes loups avides de renommée. Finalement la décision de justice, sèche et insensible. Dans ce combat où les vainqueurs semblaient désignés d’avance, les plus faibles ont gagné.

Les de Carville avaient pourtant tout essayé, les menaces, l’argent, les pressions politiques, multipliant les erreurs, fomentant de tortueuses manigances qui ont abouti à un meurtre et à deux infarctus transformant l’industriel baveux en  légume bavant.

Emilie, Lyse-Rose, Lily, Libellule, elle porte des tas de prénoms et de surnoms la petite rescapée. Certains resteront mais, pour l’État-Civil, elle devient Emilie Vitral et grandira dans  l’amour de ses grands-parents et de son frère ainé Marc.

Mathilde de Carville a embauché un détective privé au nom impossible, Crédule Grand-Duc, et obtenu des Vitral qu’ils ouvrent un compte dans lequel elle déposera chaque année cent mille francs qu’Emilie pourra toucher à ses dix huit ans.

Justement, elle va les avoir ses dix-huit ans*, et Crédule a écrit le résultat ou plutôt l’inanité de ses dix-huit années de recherches dans un cahier qu’il a décidé de lui faire parvenir, après avoir mis fin à ses jours, la tête posée sur le journal annonçant la catastrophe. Là, soudainement, en regardant l’hebdomadaire, la solution sur l’identité de la rescapée lui saute aux yeux.
Mais pas pour les lecteurs ! Les auteurs ont cette manie de tout nous cacher.

*Les années passent très vite dans un livre

A Paris, Emilie, qui portait une bague inconnue de Marc, a disparu lui laissant un petit cadeau, un minuscule avion, et le cahier de Crédule.

Nous parcourons donc les dix-huit années d’enquête du détective, gagné par l’inquiétude de Marc, entrecoupées de ses recherches pour retrouver Lily et des colères de Malvina de Carville, l’autre petite-fille ainée des nantis qui, brutalisée mentalement dans son enfance  par ses grands-parents, a refusé de grandir devenant  folle, aigrie et adepte du Mauser.

C’est très bien fait même si certaines ficelles sont un peu grosses, comme les  irréelles identités d’Emilie, ou ses relations avec Marc. D’autres sont plus subtiles ou impossible à deviner. Qui a finalement tué Crédule ? Et aussi les deux Turcs qui l’ont aidé dans son enquête ? Pourquoi le résultat de la recherche d’ADN, trois ans plus tôt,  n’avait rien éclaircie ? Quel était ce résultat ?

C’est du compte-gouttes habilement distillé avec  des surprises, certaines prévisibles, d’autres plus surprenantes, ce qui est logiquement leur définition.

J’avais été déçu par mon premier Bussi, « Ne lâche pas ma main » , trop d’attente sur un lieu, l’Ile de la Réunion, qui m’est cher.

Et alors, celui-là ? Me direz-vous.

Lisez-le, moi, j’ai bien aimé.

Vous aurez les commentaires de Latite, de Sylvie, d’Aproposdelivres, de Sandrine,en cliquant, gentiment, sur leurs noms.

Un avion sans elle de Michel Bussi, Pocket, 2013, 570 pages, Thriller.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : La fin n’est pas une surprise. Il aurait été étonnant qu’elle soit différente.

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « **** « Un avion sans elle » de Michel Bussi »

  1. Oncle Paul

    Bonjour Papou
    Je suis un inconditionnel de Michel Bussi car il sait non faire voyager dans son univers véritablement en marge de la production actuelle. Pour l’un des meilleurs est Nymphéas Noirs, mais tu peux, si tu le veux retrouver toutes mes chroniques sur mon blog; Ce qui, bien entendu, n’est pas obligatoire…
    Amitiés

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *