** « Sans dommage apparent » de Ruth Rendell

9782253182320-TJ’avais noté cette auteure depuis longtemps*. Deux romans, achetés pour quelques mailles à la bibliothèque de mon village, prenaient la poussière depuis.
*La faute à Manu de Chaplum

Pourquoi cette décision soudaine de la choisir ? D’autant qu’après un roman-policier gabonais, un italo-américain et un canadien, j’aurai pu me lancer dans une histoire drôle, sentimentale ou sociale. Comment notre choix de lecture se décide-t-il ?

Un jour J’approfondirai cette question existentielle.

Calme et pondéré, Wexford, le policier récurrent de cette série, pourrait être le mentor du Gamache de Louise Penny. Conscient de ses faiblesses, il admet qu’il préfère une de ses filles à l’autre et peut ressentir de l’empathie pour les coupables comme une certaine insensibilité pour les victimes.

 A Kingsmarkham, Lizzie, une jeune fille pas très futée a disparu. Elle réapparait, saine et sauve, trois jours plus tard et refuse obstinément de parler de ce qu’elle a vécu. Cette histoire aurait pu n’avoir aucune incidence dramatique si Rachel, une autre jeune fille n’avait disparu à son tour…Pour réapparaitre quelques jours plus tard en refusant, elle aussi de répondre aux questions d la police.

Ces disparitions, pourtant banales et sans conséquences, sollicitent l’attention de Wexford qui a force d’insistance et avec l’aide de deux policières obtient progressivement des informations indiquant que les deux ont été enlevées par une femme assez âgée et un jeune homme qui ne parle pas.

L’affaire se complique lorsqu’une petite fille de trois ans est enlevée, une nuit, de la maison de ses parents et qu’un pédophile revient s’installer dans le village après avoir purger sa peine. Ajoutez-y la misère sociale, des femmes battues,  des journalistes inconscients, des rumeurs infondées et  une foule en colère et vous vous retrouvez avec un policier brûlé vif par un cocktail Molotov et l’assassinat du père de la fillette enlevée.

Tous ses évènements sont-ils reliés ensemble ? ou non ?

Le talent de Ruth Rendell est de nous laisser dans l’incertitude jusqu’au bout, celui de Wexford de démêler cet écheveau et de réussir à expliquer l’enlèvement des jeunes filles, celui du bébé et le meurtre du père.

Un bon et lent roman policier à l’anglaise.

polarmonde

Polars du monde

Sans dommage apparent de Ruth Rendell, Calmann-Lévy, 2001, 422 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Un meurtre tout simple, compliqué à loisirs par un enchevêtrement de circonstances sans rapport.

 

 

Be Sociable, Share!

7 réflexions au sujet de « ** « Sans dommage apparent » de Ruth Rendell »

  1. Oncle Paul

    Bonsoir Papou
    Ton bémol reflète la réalité d’une enquête dans laquelle souvent se greffent des choses sans incidence directe, mais qu’il ne faut pas négliger. Du moins c’est ce qu’il me semble.
    Bonne soirée

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Oui. Elle est. J’ai trouvé que Wesford avait des similitudes avec Gamache. L’ambiance est nettement différente.
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *