**  »Pietr le letton » de Georges Simenon

Je vis de mon désir de lire

9782253142942-TParmi les romanciers lus et relus dans ma jeunesse, Simenon fut un de mes préférés et responsables, avec Leo Malet, de mon addiction aux polars. Lady Agatha aussi, mais  les comportements anglo-saxons me dépaysait totalement alors qu’avec Simenon et Malet je me promenais dans des endroits familiers, mangeant des sandwichs jambon beurre que je faisais passer à coup de petits ballons de Sancerre.

J’ai compté, sur un site dédié à cet auteur, cent dix sept Maigret et celui dont je vais vous parler* n’y figure pas.
*Retrouvé dans un autre site.

Pietr le letton serait le premier* titre faisant apparaitre Maigret.
*Sous toutes réserves

Nous sommes dans les années 30*, notre commissaire est avisé par diverses polices européennes du voyage d’un escroc très connu. Ce qui prouve qu’à cette époque, les polices européennes travaillaient ensemble et ne perdaient pas, comme de nos jours, leurs suspects.
*Celui qui pense 1830 va au piquet

Le commissaire va surveiller l’arrivée de l’escroc en gare du nord et le trouve mort dans les toilettes d’un wagon.Pourtant il est convaincu d’avoir  vu sortir de la gare un homme correspondant au signalement, qu’il va retrouver plus tard à l’hôtel Majestic.

Si ce roman n’a pas encore la maitrise des œuvres futures de Simenon,  le personnage de Maigret est déjà complet, sa corpulence, sa démarche, ses silences et sa pipe. Seule différence importante, il porte le chapeau melon.
*Il le portera dans plusieurs autres romans de l’époque.

Quand à l’enquête, une histoire banale de jumeaux et d’une association de gangsters, elle m’a paru un peu tirée par les poils décollés de  la moustache de l’escroc.

Notons qu’en 1930, les malfaisants pouvaient voyager sans problème dans toute l’Europe ce que l’espace Shengen leur permet de nouveau.

Pietr le Letton de Georges Simenon, J’ai Lu, 2003, 190 pages, Roman policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Il me semble qu’on retrouve dans des romans ultérieurs le nom  de l’inspecteur assassiné dans celui-ci. Ce doit être son frère…ou son cousin…ou…un oubli.

 

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « **  »Pietr le letton » de Georges Simenon »

  1. Sandrine

    Je viens de lire un roman sur l’affaire Fourniret. Le sieur sévissait fin des années 80 en France où il a fait de la prison. Il lui a suffi de passer en Belgique pour se retrouver avec un casier aussi vierge que les jeunes filles qu’il traquait…

    Répondre
  2. Oncle Paul

    Bonjour Papou,
    En effet, si ce roman est le premier publié avec Maigret (l’officiel) comme commissaire de police, on se rend compte que Simenon passe allègrement d’une affaire à l’autre en le mettant en retraite ou en évoquant ses débuts, le tout dans un joyeux désordre. Quant aux inspecteurs, on retrouve souvent les noms de Lucas, Janvier, Torrence, mais également dans d’autres œuvres. Dans l’Agence O par exemple il y a un certain Torrence, et dans le Petit Docteur un nommé Lucas…
    Petit plaisir personnel, pourquoi pas
    Amicalement

    Répondre
  3. Yv

    Simenon et Malet m’ont également donné l’envie de lire du polar (ainsi qu’Exbrayat). Toujours très bien même dans leurs romans moins « forts »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *