Montréal 1975

La plupart des romans, même plaisants, s’oublient. Il m’est arrivé de commencer une « nouvelle » lecture pour m’apercevoir, après un temps plus ou moins long, que je l’avais déjà lu quelques années plus tôt. Notez que les titres et parfois les auteurs m’échappent souvent et parfois même pendant que je les lis.

Pourtant, il est des ouvrages qui vous marquent et que vous n’oubliez jamais.

1975, je viens de débarquer à Montréal. Je suis un « immigrant reçu » dans le nouveau monde qui écarquille les yeux devant tout ce qui est nouveau, différent. Je comprends rapidement que je vais devoir m’adapter, réapprendre l’anglais, qui malgré mes 8 années d’études et mes 3 courts séjours  vacanciers m’est complètement inutile, m’intégrer pour éviter les insultes, celle de black par les anglos* et de maudit français  par les canucks.
*en fait l’insulte est « speak white ! », parle comme un blanc.

Un an plus tôt le français était devenu la langue officielle de la province  mais Montréal est  loin d’être encore francisée. Un an plus tard, le parti indépendantiste sera porté au pouvoir, la fracture entre l’ouest et l’est s’élargira, de nombreuses familles, dont la mienne, quitteront « la belle Province »…mais pas pour les mêmes raisons.

À l’époque, j’ai beaucoup fréquenté le boulevard St Laurent pour ses petits commerces « ethniques », le charcutier polonais, l’épicier fromager portugais, le boulanger juif ashkénaze.

Des changements commençaient qui   modifieront  complètement ce boulevard, les amours illicites se déplaceront  vers l’est, les restos branchés remplaceront les bars malfamés, les petits commerçants et les ateliers misérables disparaitront pour faire place à des magasins et des  bureaux  luxueux.

Un jour, j’ai lu « La Main » de Trevanian et j’ai adoré.

Contrairement à d’autres qui peuvent lire et relire le même ouvrage et même, honte suprême, parcourir la fin de leur roman avant de le continuer, Je relis rarement*.
*Je ne suis pas un délateur mais j’ai les noms.

je viens de le faire pour « La Main » et c’est resté un coup de cœur dont je vais vous parler dans mon prochain billet.

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *