** « Monnaie de sang » de Patricia Cornwell

À cheval donné, on ne regarde pas les dents.

9782848932156FSVoilà ce que j’écrivais en 2015 sur un autre de ces romans :
« Cette première partie s’est déroulée, pour moi, dans une brume épaisse d’incompréhension et une drôle d’ambiance. Une ambiance morbide de suspicions tout azimut et d’espionnite aigüe avec des personnages qui s’aiment tout en se cachant beaucoup de choses. »

Après cette nouvelle lecture, je n’ai  rien à ajouter ni à modifier.

Dans ce vingt-deuxième tome des enquêtes de Kay Scarpetta, médecin légiste de son état, trois meurtres sont perpétrés par un sniper et sept pièces de monnaie en cuivre, datées de 1981,  sont retrouvées sur le muret de sa propriété.

Je n’ai pas compris les raisons qui ont fait paniquer notre héroïne, ni mis en alerte Benton son mari, enquêteur et profileur du FBI. Ils annulent leurs vacances en Floride et commencent une double enquête sur la dernière victime du sniper, un homme qui avait été mêlé à une affaire précédente. et sur le décès d’une jeune adolescente noyée dans la piscine appartenant à un membre du congrès.

Kay Scarpetta  avance dans une purée de pois de sentiments contraires, de sensations terrifiantes auxquels s’ajoute  une ambiance morbide de suspicion tout azimut*. Malheureusement Patricia Cornwell n’est pas arrivé à  me les faire ressentir.
*Une redite mais, voulue.

On comprend assez vite que Lucy, sa nièce,  sorte de Lisbeth Salander* américaine, est très impliquée mais ce n’est qu’à la page 399 sur les 456 du livre que l’on apprendra qui et pourquoi.
*Héroïne de Millenium

Beaucoup de délayage pour en arriver à une scène finale qui ne l’est peut-être pas.

Mais, me direz-vous, pourquoi après ta dernière lecture peu convaincante, as-tu recommencé ?
Hormis le fait que j’ai beaucoup aimé les premières enquêtes et qu’il est toujours difficile de rejeter ses premiers amours, relisez le dicton, mis en épigraphe de ce billet, et vous comprendrez.

Monnaie de sang de Patricia Cornwell, Editions des deux-terres, 2015, 556 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Rien à ajouter.

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « ** « Monnaie de sang » de Patricia Cornwell »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *