*** « Mémoire coupable » d’Anne Perry

La perversité des êtres humains ne change pas, elle évolue vers le pire.
Elle est malheureusement éternelle.

Une enquête de Monk et Esther.

9782264047885« Mémoire coupable » est la suite de « Meurtre sur les docks » commenté en 2014.

William Monk, recommandé par le défunt Durban*, est devenu le nouveau chef de la police fluviale. Il est marié à Esther, une ancienne infirmière de la guerre de Crimée.
*tué dans « Meurtre sur les docks.

En mémoire de l’ancien policier, Monk décide de finir une de ses enquête et arrête Jericho Phillips suspecté d’avoir égorgé un enfant.  Ce proxénète utilise les gamins des rues pour satisfaire les besoins pédophiles de ses clients, n’hésitant pas à égorger ceux qui se rebellent pour maintenir ses « protégés » dans la peur et la soumission.

Sir Olivier Rathbone, un avocat ami de Monk et d’Esther, dont il fut un temps secrètement amoureux, vient d’épouser Margaret Ballinger, une assistante d’Esther dans sa clinique pour prostituées. Sur l’insistance de son beau-père, il se voit obligé de défendre le tueur d’enfants et réussit à le faire disculper en utilisant sa connaissance des sentiments qui animent Monk et Esther.

Ces derniers décident de rouvrir une enquête afin de sauver d’autres enfants.

Seulement des racontars sur la probité de Durban commencent à courir mettant en péril l’existence de la police fluviale et Jéricho Phillips, protégé par des personnages hauts placés, n’hésite pas à menacer ceux qui s’approchent trop près de son bateau-bordel.

Je ne rentrerai pas dans les détails de cette affaire scabreuse sinon pour vous dire que la période victorienne n’est en rien différente de notre monde actuel puisqu’on vient, ces jours-ci, de mettre en examen une douzaine de ces pervers réunis dans une association à but non lucratif (?).

Je continue à adorer la manière d’Anne Perry de faire habilement progresser ses enquêtes tout en nous peignant minutieusement les coutumes et les mœurs de l’époque victorienne.

Mémoire coupable d’Anne Perry, 10-18, 2009, 440 pages, Policier historique
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : J’avoue avoir parfois du mal à comprendre les obligations et les règles tacites de cette époque, tout en me disant que certaines pourraient être encore socialement bénéfiques de nos jour…mais pas toutes, Mesdames, pas toutes.

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « *** « Mémoire coupable » d’Anne Perry »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *