**** « L’oiseau canadèche » Jim Dodge

Il ne faut pas prendre les canards sauvages pour des enfants du bon Dieu.

couv-canadeche-7acfdSix ou sept années plus tôt, j’avais noté  « L’oiseau Canadèche » lors de  mes premières recherches dans les blogs de lecture et puis…

Et puis je ne lisais que des commentaires favorables, ça m’a toujours turlupiné quand tout le monde marche ensemble du même pas comme les soldats, alors il est resté sagement à attendre mon bon vouloir.

À quelques jours d’intervalles, c’est d’ailleurs la deuxième fois que je retarde une lecture pour la même  mauvaise raison. 

« L’oiseau Canadèche » n’est pas un roman, c’est un conte, une future légende dont les personnages principaux sont Pépé Jake, un quasi centenaire, Titou, son petit-fils dont le surnom ne correspond pas à sa forte stature, Canadèche, l’intelligente Cane colvert qui se prend pour un chien de chasse et « Le vieux râle d’agonie », un alcool distillé par le grand-père sur la recette d’un indien mourant.

Autour deux gravitent quelques personnages secondaires, Fifi le Hippie, Johnny Sept-Lunes l’indien taiseux, Cloué-Legroin, un vieux sanglier  défonceur de clôtures qui éventra Boss le chien.

D’autres encore, le shérif, l’assistante sociale beaucoup moins importants mais qui révèle le caractère indépendant et belliqueux de Pépé Jake.

Reste les trois ou quatre ex-femmes du Pépé qu’on ne rencontre  pas,  dont l’une engendra Gabrielle avant de s’enfuir avec un coquin, laquelle engendra Jackson Adler Makhurst II, dit Titou, avant de se noyer par accident quand ce dernier n’avait que sept ans.

Un conte un peu farfelu, où la goinfre cane couac couac pour accepter et cache sa tête sous son aile pour montrer son indifférence tout en refusant absolument de faire ce que font tous les canards, voler.

Un court conte où j’ai éclater de rire à certains passages.

Quelques commentaires favorables suivent : AifelleCathuluClara, et Keisha.
Il y avait aussi Cuné, Khatel et MangoLila mais malheureusement je n’ai pas retrouvé leurs liens.

L’oiseau Canadèche, Jim Dodge, Éditions Cambourakis, 2010, 118 pages, Conte
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Beaucoup trop court.

 

 

 

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « **** « L’oiseau canadèche » Jim Dodge »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *