** « L’odeur » de Radhika Jha

J’ai l’impression d’avoir tout perdu : une famille, un pays, un avenir magnifique.
                                                                                                                  Lîla

C_LOdeur_1306Après le décès de son père survenu pendant une émeute au Kenya, Lîla est envoyée à Paris chez un oncle et une tante, tandis que sa mère et ses deux petits frères fuient vers l’Angleterre,.

J’ai eu beaucoup de mal à comprendre les relations familiales dans ce roman, jusqu’au moment où je me suis souvenu de certains évènements survenus en Inde ces dernières années .

Même si la famille vivait au Kenya, Lîla est d’origine indienne et subit ce mépris  particulier que  les filles peuvent avoir dans la société indienne.

Sa mère, dont le but inavoué est, après le malheur qui les a frappés, de sauver ses garçons, sacrifie sa fille qui se retrouve isolée auprès de parents qui vont l’utiliser comme domestique dans un pays dont elle ne parle  ni ne comprend la langue.

La rencontre avec Lotti, d’origine indienne elle aussi mais née en France, va être son premier pas vers une intégration qui va s’avérer longue et douloureuse. Son odorat très subtil qui lui permet de concocter des plats savoureux sera son sésame pour sortir de la misère sociale  après de nombreuses aventures, dont certaines sexuelles, qu’elle va subir avant de les utiliser.

Malheureusement les odeurs ne sont pas toutes parfumées, certaines apportent des effluves nauséabondes qui vous entrainent dans la morosité, la tristesse et parfois jusqu’à la dépression.

Je me suis un peu ennuyé dans ce long récit des malheurs de Sophie  Lîla. J’aurais souhaité qu’elle bouscule un peu ceux qui se servent d’elles.
J’oubliais ses origines et son éducation.

L’odeur de Radhika Jha, Picquier, 2002, 448 pages, Roman
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Si Lîla a du talent pour flotter au gré des évènements Il lui faudrait un peu de courage pour contrer la fatalité.

 

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « ** « L’odeur » de Radhika Jha »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *