**** « Les vieux fourneaux » 1: Ceux qui restent, de Lupano et Cauuet

Vous êtes la pire génération de l’histoire de l’humanité !

les-vieux-fourneaux-tome-1-ceux-qui-restentJe ne lis plus de BD. Ce qui implicitement indique que j’en ai lu dans le temps longtemps. Bibi Fricotin, les Pieds Nickelés, Blek le Roc, Tif et Tondu… suivi d’une longue participation à Spirou, ont facilité mon apprentissage de la littérature sans images.

Alors, pourquoi n’en lis-je plus ?

La principale raison tient à la présence d’oursins dans mes fouilles ou autrement dit à la relation complexe qui existe entre le coût et le temps. Mon temps de lecture d’une BD ne dépasse jamais soixante petites broquilles*. Pour un prix avoisinant, je peux obtenir entre deux et huit jours de lecture avec un roman sans images, tout dépendant de sa complexité et de mes capacités neuronales.
*minutes

Ceci dit, je ne refuse jamais les cadeaux.*
*Oyez ! Oyez !

Les Vieux Fourneaux fut donc une gracieuseté de l’Héritière , ma douce fille unique et préférée.

Comme j’ai mentionné les Pieds Nickelés*, dont nul ne se souvient sinon les plus que cinquantenaire et encore, autant vous apprendre qu’ils étaient trois, comme les héros des Vieux Fourneaux, ces amis d’enfance qui se retrouvent à l’enterrement de Lucette. Antoine son époux et ancien syndicaliste pur et dur, Pierrot, un anarchiste dont la principale occupation pour sa retraite est de participer aux actions militantes d’un groupe de vieux anars non voyants qui s’intitule « ni yeux, ni maitres » et enfin Mimile, l’ ancien aventurier des mers du sud, tatoué comme un maori,qui écoule sa tranquillité dans une maison de retraite.
*Croquignol, Filochard et Ribouldingue

Comme les trois mousquetaires étaient quatre, les vieux fourneaux sont trois plus un, sauf que Sophie, la dernière est toute jeunette. C’est la petite-fille d’Antoine et Lucette qui vient de revenir, seule et enceinte, pour reprendre le théâtre de marionnettes de sa grand-mère.

Antoine a reçu une lettre post mortem* de sa Lucette, ce qui va entrainer nos héros dans de nombreuses aventures où le passé tient une grande place.
*Comme diraient les légistes des séries policières que je regarde régulièrement.

J’ai aimé cette BD pour ses planches joliment dessinées et son scénario clair où j’ai retrouvé  certains évènements et surtout le langage de ma jeunesse, ce qui prouve que l’auteur a du faire des recherches intensives sur cette époque.

Je vous laisse, le tome 2 m’attend.

Et voici l’avis de Lady Yue Yin.

Les vieux fourneaux de Lupano et Cauuet, Dargaud, 2014, 56 pages,BD
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « **** « Les vieux fourneaux » 1: Ceux qui restent, de Lupano et Cauuet »

  1. Yv

    je viens tout juste de lire les deux premiers tomes et franchement je me suis bien marré, bon je ne suis pas aussi enthousiaste que beaucoup de blogueurs, mais je lirais très volontiers le troisième tome

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Je viens de finir le numéro 2. Je crois que l’âge du lecteur a une certaine importance.
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *