Les traductions de !@#$%?#@

ou le retour des C.D.G. du Papou

Je vais vous parler un peu de ma vie privée et de mes petites habitudes de lecture entre l’Hexagone et les arpents de neige.

En général, je préfère le papier mais, ne voulant pas surcharger les valises qui frôlent déjà le poids maximum autorisé avec les boîtes de sirop d’érable et de bière de racinette*, sans compter les macaronis au fromage autrement nommés ‘’Kraft diner’’ dont la légèreté permet de les ajouter, j’emmène ma liseuse.
* root-beer

Au retour, je compense la perte de poids alimentaire par mes achats dans une librairie toulousaine que j’aime bien, ce qui me permet d’avoir une partie de ma provision de papier pour les hivers enneigés.

Donc, en Périgord, je ne lis pas, je  »lise ».
* Néologisme pour ‘’lire sur une liseuse’’

Sauf qu’un soir, après avoir terminé ‘’Illusions de lumière’’ de Louise Penny, ma liseuse a bogué ; impossible de revenir à la page d’ouverture.
Connaissant mon tempérament sanguin, j’ai essayé de ne pas lancer l’engin par la fenêtre. Du rez-de-chaussée, cela n’aurait pas été trop dommageable, mais aurait pu provoquer une luxation de l’épaule.


Après moult tentative pour résoudre le !@#$%?#@* de bug, je me suis dit que c’était le programme de lecture qui avait causé le !@#$%?#@** de problème et je l’ai désinstallé pour me rendre compte que :
1) Ça n’avait rien changé
2) J’avais perdu tout mes ebook
*Criss
**Tabarnac

Pas de problème immédiat, me suis-je dit, j’ai encore la bibliothèque initiale Kobo et je vais me faire plaisir avec un Léo Malet. Il ne faut jamais vendre la peau de la liseuse avant de l’avoir scrappé car une autre désagréable surprise m’attendait. Aucun des livres de cette bibliothèque n’a voulu s’ouvrir me laissant admirer l’ !@#$%?#@*** d’icône qui tourne, tourne, tourne sans jamais rien déclencher.
***l’ostie

Là, la lumière s’est mise à clignoter (mais non, pas celle de liseuse, celle du bonhomme) et j’ai appuyé sur le bouton de fermeture de l’engin assez longtemps pour qu’il oublie son bogue, et devinez ; rallumé, le !@#$%?#@**** d’appareil fonctionnait normalement, du moins je crois puisque je n’ai pas pu vérifier.
**** ciboire

Il semble toutefois que je devrai pouvoir récupérer certains titres mais je vais avoir besoin d’une bonne âme. L’Héritier, je t’attends.

En attendant, j’ai donc lu un livre papier que j’ai choisi doudou, pour me calmer le pompon, qui fera l’objet de mon prochain billet.*
* »Brunetti et le mauvais augure » de Donna Leon

Be Sociable, Share!

8 réflexions au sujet de « Les traductions de !@#$%?#@ »

    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Je sacre facilement. Ma mère disait souvent que j’apprenais plus facilement des mauvais exemples que des bons.
      Le Papou

      Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Exact ! Je lise, tu lises, il lise, nous lisons, vous lisez, ils lisent. Comme tu vois ça rejoint le verbe lire à deux occasions.
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *