*** « Les sœurs Gwenan » Hervé Jaouen

Mieux vaut éviter les médecins car ils vous découvrent des maladies que vous n’aviez pas  avant qu’ils ne vous mettent le cœur et les poumons sur écoute.

J’aime les romans à intrigues et ceux qui m’emmènent dans des  lieux lointains et inconnus. Pour moi, combiner les deux serait proche du bonheur littéraire. Ce bonheur,  je l’ai trouvé, et pourtant, cette saga familiale bretonne ne réunit ni enquêtes, ni aventures exotiques.

Je dois admettre que ne connaissant ni la Bretagne, ni les métiers de la mer, je viens de rencontrer  des gens, des mœurs et des lieux inconnus ce qui est, convenons-en,  proche de la définition de l’exotisme.

Orphelin, Joseph Gwenan a été recueilli par Tad et Mamm Bonizec et élevé, lui l’enfant des terres, avec les contes et légendes des hommes de la mer.

Comme son père adoptif et comme beaucoup de bretons*, Jos s’engage dans la royale** et fait le tour du monde avant de revenir s’occuper de Guillemette et des quatre filles qu’elle lui a donné et qui resteront toujours fascinées par les exploits de leur père qui a combattu aux Dardanelles.
**marine nationale. 

*Yaouank c’hoazh me oa kuitaet va brogozh Breizh-Izel,
Evit mont da c’hounez ma boued ebarzh ar broioù pell.
Da Saigon en Indochin digentan e oan bet,
Goude oan deuet d’Afrik da vro an Arabe.
                                                       Chanson de Jos ar Saoz

Jeune encore, j’ai quitté mon vieux pays de Basse-Bretagne,
Pour gagner mon pain dans les lointaines contrées.
D’abord j’ai été à Saïgon, en Indochine,
Et ensuite je suis allé en Afrique, au pays des arabes.

Les filles Gwenan n’oublieront jamais leur origine maritime. Elles épouseront des marins et aduleront leur père, surtout Joséphine, l’aînée.

Si on exclut les guerres, ces péripéties obligatoires que l’on subit par obligations mais qui deviennent des souvenirs dont les survivants font   des récits légendaires, il ne se passe rien d’extraordinaires dans la vie des Gwenan.
*Seulement les survivants.

Roman social sur les habitants de la Bretagne entre 1890, année de naissance de Jos et les années 2000, qui aborde les sentiments,  la vie simple de la grande majorité des êtres humains, l’amour, le mariage, les naissances, le travail, la vieillesse et la mort.

Je ne connaissais pas l’auteur prolifique qu’est Hervé Jaouen. J’en lirai certainement d’autres.

Les sœurs Gwenan, Hervé Jaouen, Pocket, 2012, 416 pages, Roman
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Un voyage en Bretagne à prévoir.

Be Sociable, Share!

7 réflexions au sujet de « *** « Les sœurs Gwenan » Hervé Jaouen »

  1. xl

    je veux découvrir depuis longtemps Les ciels de la baie d’Audierne, je l’avais feuilleté, emprunté puis rendu sans le lire mais c’est un auteur intéressant

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Je ne regrette pas de l’avoir lu sans savoir ce que c’était et je regrette fortement de ne pas connaitre ce coin de l’hexagone.
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *