*** « Les futurs mystères de Paris- (1) La balle du néant de Roland C. Wagner

On peut définir la Science-Fiction comme la branche de la littérature qui se soucie des réponses de l’être humain aux progrès de la science et de la technologie.
                                                                                                                      Isaac Asimov

9782290008164J’ai besoin de temps en temps de balayer les scories qui encombrent mon tout petit cerveau comme les moutons* le dessous des bibliothèques ; cadavres torturés, meurtres sanglants, tueurs en série de type psychomachin ou schyzotruc qui s’accumoncèlent dans les polars et les thrillers qui sont encore mes lectures favorites.
*mottons au Québec

Je souhaitais quand même un polar*, mais quelque chose de différent, de comique voire de déjanté et l’écrivain Roland C. Wagner s’est imposé grâce aux billets de certains bloggeurs** enthousiastes.
*On ne se refait pas
*voire bloggeuses

Passer quelques heures en compagnie de Temple Sacré de l’Aube Radieuse (appelez-moi Tem) un privé des années 60*, mutant, végétarien, émule de Nestor Burma, nanti du don de transparence et dont la mère fut engendrée, un jour de distraction, par son grand-père, un homme droit à la chevelure neigeuse de savant fou, me semblait un très bon remède ou un excellent houssoir à poussières.
* 2060, s’il vous plait…c’est un roman de S.F. pas une rétrospective sur les fameux évènements.

Le monde terrestre a bien changé après la Grande Terreur primitive, et si les guerres et la plupart des États ont disparu, les meurtres existent encore, occasionnés par les mêmes motivations que sont la jalousie, l’envie ou les intérêts financiers.

Je ne vous parlerai pas de l’enquête confiée à notre mutant invisible ou presque ; une victime tuée par une balle en plein cœur dans une pièce complètement verrouillée de l’intérieur.
Je vous suggèrerai plutôt de relire « Le mystère de la chambre jaune » dont la solution est nettement plus compréhensible pour le pithécanthrope moyen dont je suis un des spécimens actuels.

Mais vous apprécierez, sans y comprendre grand-chose, le monde anticipafantasmaévolutif de Wagner avec, pour aider « appelez-moi Tem », Gloria, un braindrain* , une interface neuronale entre ordinateurs et humains**, capable de chercher, transmettre et/ou recevoir des données, mais aussi une activiste agissant au nom du « collectif Louise Michel pour la libération des citoyens virtuels ».
*non traduit : je propose « suceur de cerveau » ou « informoduc »
**et Lycée de Versailles (en hommage à Béru et Sans A.)

Pour un prochain nettoyage de neurones, je compte utiliser le tome 2, « Les ravisseurs quantiques » et le 3, « L’Odyssée de l’espèce » pour servir d’aspirateurs d’images sanguinaires.

 Les futurs mystères de Paris (Tome 1) – La balle du néant de Roland C. Wagner, J’ai Lu, 1988,
184 pages, S.F.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : À la fin du siècle dernier, en ne publiant que 164 pages, les éditeurs avaient l’impression de voler leurs lecteurs*, d’où une nouvelle de 17 pages ajoutée à la fin qui ne servait à rien sinon à taper sur les sectes ce qui, en soit, n’était pas une mauvaise chose.
*Le monde de l’édition a bien changé !

Be Sociable, Share!

8 réflexions au sujet de « *** « Les futurs mystères de Paris- (1) La balle du néant de Roland C. Wagner »

  1. XL

    oh misère je suis restée sur ma faim car je l’avais emprunté, rendu sans avoir le temps de le lire et depuis il a disparu, reste le tome 2, tu me diras si je peux le lire sans le premier…

    Répondre
  2. Karine:)

    Je viens de lire tout ça deux fois… et je ne parviens pas à savoir si c’est pour moi ou non… je pense que mon week-end n’est pas assez avancé pour avoir récupéré mon cerveau.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *