*** « Les armureries d’Isher » de A.E. Van Vogt

« Être armé, c’est être libre. »*
*Slogan du lobby des armes américains ?
Non, celui des armuriers d’Isher.

imagesMême si parfois je me perds complètement dans les explications scientifiques ou pseudo-scientifiques, j’aime bien la S.F. Surtout les aventures extra terrestres avec créations de mondes et de civilisations humanoïdes, ou non, ainsi que  les évolutions possibles de notre planète bleue et leur conséquences *.
*dont font partie les romans post apocalyptiques.

Je suis complètement perdu dans l’espace virtuel quand on m’explique la dilatation ou la compression du temps et ce roman, qui fait partie de la série des « armuriers » de l’auteur, n’a en rien amélioré mon entendement à ne rien comprendre à ce sujet.

Le premier chapitre se passe dans l’année 1973*. McAllister, un journaliste se retrouve dans une armurerie brusquement matérialisée dans sa ville puis, disparait.
*Roman écrit en 1951.

On se retrouve ensuite dans la 4784ème année de l’Impériale Maison d’Ischer. Certainement un futur très lointain  mais, comme on ne mentionne  plus le Christ, on ne sait pas exactement quand par rapport à notre siècle.

Toutes les planètes du système solaire ont été colonisées* et appartiennent à l’Empire dirigée par la jeune et autoritaire impératrice Innelda Isher.
*Ce n’est donc pas pour demain.

Deux forces antagonistes contrôlent plus ou moins cette civilisation, l’invincible organisation des armuriers faisant le contrepoids aux forces impériales en vendant des armes défensives aux citoyens ordinaires.

Pour détruire cette organisation, en l’envoyant dans le passé ou dans le futur, l’armée de l’impératrice à construit une machine à projeter dans le temps. C’est cette machine qui a expédié notre journaliste dans le futur, créant un « battement temporel » qui pourrait détruire (ce n’est pas clair), le monde, la galaxie, voire la totalité de l’univers. En tout cas c’est suffisamment méchant pour que les armuriers s’y opposent.

Pendant ce temps, et comme il est préférable d’avoir deux fers au feu, ou deux colts à la ceinture, l’organisation des Armuriers, par l’entremise de la jolie Lucy Rall, aide un très jeune et très désabusé habitant du village de Glay nommée Cayle Clark à devenir un membre influent de la maison de l’Impératrice au travers de multiples aventures dont il ressortira vainqueur grâce à son don de « callisthénie* ».
* Chance ?

Violente critique d’une autocratie pourrie de l’intérieur et des sociétés d’affaires dont les dirigeants gagnent toujours financièrement, j’ai pourtant été un peu déçu de cette re-lecture qui, en dépit de son qualificatif de sciences-fiction et des bébelles qui vont avec, super-armes, translation temporelle, voyages interplanétaires « rapido-presto », date un peu dans son approche autocratie-business.
Notre société actuelle nous montre que tout peut être contrôlé par le monde des affaires, même une « démocratie »*.
*Surtout une démocratie.

Les armuriers d’Isher de A.E.Van Vogt, J’ai lu, 1961, 304 pages, S.F.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Déçu ! Mais qui suis-je pour critiquer un livre dont je n’ai pas scientifiquement tout compris, le ramenant à du Jules Verne… ce qui est loin d’être une critique bémolesque.

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « *** « Les armureries d’Isher » de A.E. Van Vogt »

  1. Yo!

    Hello le Papou

    Ben il faut reconnaître que Van Vogt adore manipuler des concepts scientifiques compliqués (si je relis » le Sylkie » une troisième fois je vais peut être le comprendre!). A une époque, on parlait de Hard Science, je ne sais plus où en est la taxinomie actuelle en SF.
    Mais j’ai toujours aimé me laisser porter par ses livres et ses univers. Un peu comme un mantra : o ne comprend pas tout mais la musique parle.
    Moi aussi je mettrais 3 étoiles
    Bonne journée

    Répondre
  2. Yueyin

    J’en garde un très bon souvenir mais ça commence à dater pas mal, voilà bien des années que je n’ai pas relu van vogt, je me demande ce que j’en penserais 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *