**** « Le dompteur de lions » de Camilla Läckberg

Un psychopathe, (c’est) un homophobe, un paradoxe, un anachronisme, un mystère.
d’après R.J. Ellory

9782330066727À Fjällbacka, Victoria, une jeune fille disparue  depuis plusieurs semaines, est frappée mortellement par une voiture.
Les secours sont horrifiés, la jeune fille n’a plus d’yeux, ni de tympans ni de langue.

Patrick Hedström, qui s’occupait de la disparition, se retrouve maintenant devant un meurtre sanglant.

Pendant ce temps, Erica, son écrivaine d’épouse veut se documenter sur un assassinat survenu une trentaine d’années plus tôt. Elle  rencontre à plusieurs reprises dans sa prison celle qui avait poignardé son mari mais cette dernière refuse toute explication.

Avec son mari, le dompteur de lions du titre, et leur fils Peter, vivait aussi Louise, leur  fille, qui devenait de plus en plus dangereuse.

À ce moment-là, vous pensez, à tort ou à raison, avoir compris qui a tué réellement le mari, seulement vous ne comprendrez qu’à la fin pourquoi la prisonnière reste muette.

Cette petite fille, qu’ils enchainaient dans le sous-sol de leur maison, avait été mise en pension après le meurtre de son père et s’était noyée à l’adolescence (Bon ! ce n’est pas elle). Peter avait été confié à sa grand-mère puis avait disparu après l’assassinat de cette dernière (C’est lui ?).

Victoria fréquentait le centre équestre que dirigent Marta et Jonas son mari, le vétérinaire de la région. On découvre lors de l’autopsie la présence de Kératine, utilisée surtout par ceux qui soignent les animaux (c’est lui). Jonas avait d’ailleurs  signalé un cambriolage et la disparition de plusieurs produits (ben,non).

J’ai la mauvaise habitude, c’est la principale raison qui me fait lire ce genre de romans, d’essayer de trouver la solution et le meurtrier avant même que l’auteur ne l’ai envisagé* et là je me suis fait baladé par Camille Lackberg pendant presque tout le roman.
*Mettons, tout de suite après.

Douter n’est pas prouver, et des doutes j’en ai eu depuis le début, le problème étant qu’ils se sont portés  tantôt sur un personnage, tantôt sur un autre.

Sur la fille de la meurtrière bien sûr  car son corps n’avait jamais été retrouvé (alors c’est elle) mais qu’est-elle devenue maintenant, si on admet qu’elle ne s’est pas noyée. De tous les personnages qui gravitent autour de cette affaire Marta est la seule qui aurait son âge (Voilà).

Le cambriolage chez Jonas le disculpe mais on peut toujours faire une fausse déclaration (non c’est lui).

Il reste aussi Peter qui a été mêlé à deux assassinats et reste introuvable (tiens, tiens !). Mort ou coupable ?

Le travail des policiers  se complique lorsqu’ils apprennent que, depuis plusieurs années, des jeunes filles ont disparu dans plusieurs régions de Suède et n’ont jamais été retrouvées.

Les similitudes d’un autre assassinat, survenu vingt sept ans plus tôt, embrouillent encore plus la tâche des enquêteurs. La jeune femme assassinée, et dont le mari avait été condamné, avait subi exactement les mêmes tortures que Victoria.

J’ai donc pataugé. Mes suspects, beaucoup trop jeune à l’époque, ne pouvaient être responsables du premier meurtre.
Alors qui ?

Pourquoi la meurtrière refuse-t-elle de parler? Est-ce à cause des cartes postales sans texte qu’elle reçoit ?
Et si Marta était Louise, ou… pas ?
Et s’il y avait plusieurs tueurs en série ?

Camilla Läckberg nous donne régulièrement la clef mais si minuscule, si insignifiante, que j’avoue ne pas avoir compris, ni trouvé  la serrure qui m’aurait donné les coupables.

Ai-je été déçu ? Certainement pas. « Le dompteur de lion » m’a paru le roman de cette auteure le plus achevé, le plus complexe  dans sa simplicité, le plus équilibré entre le bonheur de certains et la souffrance des autres.

Le dompteur de lions, Camilla Läckberg, Actes-Sud, 2016, 388 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Pourquoi ce titre, sans rapport avec l’intrigue sinon que le dompteur est mort depuis trente années, et pourquoi cette couverture moche ?

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « **** « Le dompteur de lions » de Camilla Läckberg »

  1. Oncle Paul

    Bonjour Papou
    Concernant la couverture, le choix des éditeurs me laisse parfois pantois… Quant au titre, il faudrait connaître l’original afin de savoir s’il est fidèlement traduit…
    Amitiés

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *