****  »Le crime du golf » d’Agatha Christie

 Les chats font preuve d’une patience infinie envers les limites de l’esprit humain.
Cleveland Amory

9782702422588-uk-300Il y a quelques années, j’avais pris la résolution de lire un roman d’Agatha Christie par mois. Résolution  que j’ai tenue pendant presque trois ans pour un total de  trente-trois romans. 

Je n’ai pris aucune nouvelle  résolution mais je vais tenter de lire tous les autres si possible dans l’ordre de leur parution initiale.

Après ‘’La mystérieuse affaire de Styles’’ (1920) et ‘’Mr Brown’’ (1922) le suivant semble être ‘’Le crime du golf’’ paru en 1923.*
*Ces dates sont données sous toutes réserves.

Dès son retour de voyage de France où il a rencontré dans le train une jeune et jolie délurée, Hastings se retrouve,  en compagnie de Poirot, en direction de la Normandie où un homme d’affaires a demandé l’aide de notre détective.

Malheureusement, en dépit de leur célérité, lorsqu’ils arrivent à Marieville, l’auteur de la lettre a déjà été tué d’un coup de couteau dans le dos.

Pour votre information, le golf n’est pas important dans ce roman, sinon qu’on y a mal dissimulé le cadavre dans un bunker en construction derrière la villa de la victime.

Un petit synopsis pour présenter cette histoire : On y retrouve la victime, un homme d’affaire franco-anglo-canado-chilien, son épouse, une femme de tête qui l’adore,  deux barbus parlant espagnol qui ont agressé l’épouse avant de sortir avec le mari et de disparaitre, une lettre d’amour et de menaces d’une certaine Bella, son fils Jack avec lequel il s’est violemment disputé la veille de sa mort, une maitresse éventuelle et sa fille qui est amoureuse de Jack, un vagabond lui aussi poignardé avec la même arme et, étrangement notre jeune délurée du train et sa sœur jumelle.  De plus, on y parle beaucoup d’un autre crime célèbre survenu de nombreuses années plus tôt et dont les acteurs se cacheraient sous de faux noms.

Qui ment, qui cache une partie de la vérité, qui protège qui ?

À mon humble avis, cette affaire est une des plus complexes mettant en scène  Poirot  et accessoirement une des meilleures que j’ai lu jusqu’à maintenant..
Notre Lady y a mis une multitude de fausses pistes, de rebondissements, de solutions à tiroirs à tel point que, pourtant habitué à chercher le meurtrier, je suis arrivé au dernier chapitre avec le sentiment que je n’arrêtais pas de me fourvoyer dans les fausses vraies pistes qu’elle avait semées tout au long de cette enquête.

Silencieux, patient, indépendant, sensible à la flatterie, intelligent, prêt à défendre, toutes griffes dehors, son territoire et ses capacités, Poirot est un chat dont il possède d’ailleurs la moustache*. Il progresse  lentement  vers sa proie, n’hésitant pas à se heurter  au vaniteux inspecteur Giraud de la police français tout  en cachant certaines informations  à son ami Hastings, de plus en plus amoureux de la jeune espiègle et prêt à damner son âme pour elle.
*Je n’ai jamais rencontré de chat à la moustache gominée mais ça doit bien exister.

Qui a tué l’homme d’affaires Renauld ? Finalement plusieurs personnes vont s’en accuser, l’une après l’autre,  mais seul Poirot trouvera le fin mot de cette histoire dans un coup de théâtre dont Lady Agatha est  souvent coutumière.

Un intense plaisir !

Le crime du golf, Agatha Christie,Le masque, 1923, 230 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Il me semble vous avoir déjà dit qu’il n’y aurait jamais de bémol pour cette auteure.

 

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « ****  »Le crime du golf » d’Agatha Christie »

    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Étant donné les nombreuses rééditions, il y en a eu plusieurs. Pour mon texte j’ai préféré celle du masque.
      Le Papou

      Répondre
  1. Oncle Paul

    Bonjour Papou
    Il me semble bien que c’est le premier Agatha Christie que j’ai lu et j’en étais resté baba devant l’ingéniosité de l’intrigue et son dénouement. Et cela m’a donné envie d’en lire d’autres, qui parfois m’ont déçu, mais j’ai compris pourquoi par la suite, dans les années 80, lors des retraductions. En effet, pour Les dix petits nègres par exemple, la version que j’avais lue, quelques décennies auparavant, était tronquée.
    Amitiés

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Bonjour Oncle Paul
      Je vais essayé de les relire tous…si j’en ai le temps. Je me souvenais (un peu) de celui-là, mais jen avais oublié ders ÙÙ)gros) bouts.
      Amicalement
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *