*** « Le chirurgien » de Tess Gerritsen

Aujourd’hui on va trouver le corps.
On va savoir que nous sommes de retour.*

*Ces deux petites phrases donnent déjà la trouille

cvt_Le-Chirurgien_1260Comme vous le savez, j’avais commencé la série de Tess Gerritsen par le numéro 8, « La disparition de Moira », qui n’était pas forcément une excellente découverte.  Je souhaitais me faire une opinion plus juste avec le premier tome de la série et connaitre les débuts de  Jane Rizzoli, sa future héroïne récurrente. Une fliquette pas très grande et sans attraits féminins dans un monde machiste. Revêche, nouvelle et seule femme à la brigade homicide de Boston, elle réagit hargneusement aux blagues sexistes de ses confrères.

Deux d’entre eux s’abstiennent d’y participer, Frost son partenaire habituel et Moore un quadragénaire, toujours bouleversé depuis la disparition de sa femme, deux ans plus tôt.

Catherine Cordell est  une excellente chirurgienne des urgences dont le sang-froid et l’expérience permet de sauver des vies. Cette praticienne cache pourtant une part d’ombre qui l’empêche d’avoir des relations masculines autres que professionnelles.

Une jeune femme est retrouvée égorgée et le meurtrier lui a enlevé l’utérus. D’autres victimes, ayant subi le même sort, vont suivre et l’enquête s’oriente vers un tueur en série qui a sévi quelques années auparavant à Savannah, en Géorgie.

Le problème est qu’il ne peut être le tueur de Boston, rapidement surnommé « Le chirurgien »,  car il a été  abattu par Cordell, alors qu’il allait  l’éventrer puis  l’égorger après l’avoir violée.

Toutes les victimes de Boston ont, elles-aussi, subi un viol dans les mois qui ont précédé leurs assassinats et, si on a rapidement une idée, avec l’aide de l’auteure, de la méthode du tueur pour trouver ses victimes, ce n’est qu’après un voyage de Moore à Savannah qu’on apprendra la relation entre les deux tueurs.

Cordell est enlevée, car elle a toujours été la vraie cible du chirurgien et la vengeance, sa motivation.

Et Rizzoli, me direz-vous ? Elle rumine ses colères ; son enfance difficile entre ses deux frères, les relations plus qu’ambigües entre Moore et Cordell, son inactivité forcée après avoir abattu un violeur qu’elle croyait être le tueur. Elle continue d’enquêter malgré sa mise è l’écart et va trouver le petit indice qui la mettra en grand danger de se faire charcuter chirurgicalement.

Ce premier tome est excellent, un peu gore, peut-être, avec ses descriptions d’opérations chirurgicales plutôt sanglantes*, mais le personnage de Rizzoli est nettement plus consistant qu’Angie Harmon, le joli mannequin qui joue le rôle de la série télévisée.
Dans ce tome initial, elle n’est qu’un des inspecteurs et partage la vedette avec d’autres tout en étant celle qui dénoue l’intrigue.
*Au cinéma, j’évite même de regarder.

Au fait, Moira Isles n’existe pas encore et comme je souhaite savoir, et vous aussi j’en suis sur, quand elle fera son  apparition, je vais revenir bientôt avec le tome 2, intitulé : « L’apprenti ».

Le chirurgien de Tess Gerritsen, Pocket, 2007, 293 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : J’ai eu beaucoup de mal à croire qu’un tueur aussi sadique ne souffrirait d’aucune maladie psychique.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *