**** « La revanche du petit juge » de Mimmo Gangemi

Le premier degré de la folie est de se croire sage, et le second est de le proclamer.

9782021177626J’ai un petit penchant pour Andrea Camilleri et son inspecteur sicilien Salvo Montalbano dont les enquêtes concernent surtout la crapulerie moyenne, en frôlant parfois le monde interlope sicilien plus connu sous d’autres termes : Maffia, Cosa Nostra, la piovra (la pieuvre) ou  encore la Societa onoratà.

En Calabre le pendant de cette « Honorable Société » se nomme la ‘Ndrangheta et dirige, à travers diverses familles, toutes sortes de trafics illégaux.

Un avocat du Ministère Public, Giorgio Maremmi, a reçu des menaces de mort de  Ciccio Manto, un assassin  qu’il  vient de faire condamner. Notre avocat ne ressent aucune peur car Manto n’est pas un truand important et   l’assassinat d’un juge ou un avocat dérangerait les affaires des trafiquants.

Il se trompait. Quelques jours plus tard il est exécuté devant  son immeuble.

Son ami, le juge Alberto Lenzi n’est pas très bien considéré  dans le milieu judiciaire. Coureur de jupon invétéré, il préfère s’occuper  d’affaires sans conséquences qu’il fait trainer un maximum sur son bureau. L’exécution  de son ami, puis celles de Ciccio Manto dans la prison et de son frère Antonio, le présumé coupable, retrouvé  pulpeusement  »mouliné » dans le pressoir à huile de Don Peppino Salemi, lui font envisager que la ‘Ndrangetha, malgré  les éléments qui l’accusent, ne serait pas impliquée dans ces meurtres.
Cela  lui est confirmé, à mots plus que sibyllins, par Don Mico Rota, le chef emprisonné de la principale famille de la région.

Alberto Lenzi va faire partie du groupe d’enquêteurs tout en essayant de se rapprocher de son fils Enrico et de mettre dans son lit Marina, une jolie carabiniere  ou la belle assistante judiciaire Chiara.

Mais pourquoi Don Peppino Salemi a-t-il été menacé avec le cadavre d’Antonio Manto dans son pressoir à huile d’olives ?

C’est à partir de cette question que l’enquête va retrouver, dans les investigations secrètes de l’avocat Maremmi,  la cause de son assassinat et progresser dans une direction surprenante qui semble impliquer des fonctionnaires d’État et la dissimulation frauduleuse de déchets radioactifs.

Au fur et à mesure des progrès de l’enquête, le nettoyage des gens impliqués dans la fraude commence. La lupara* tonne dans le ciel calabrais où des ingénieurs essaient de voler pour s’écraser au sol et des menaces se dévoilent à l’encontre d’Alberto,  lui faisant envisager  la trahison d’un des enquêteurs qui pourrait être  un des tueurs.
*Fusil de chasse à canon scié utilisé pour les exécutions.

Une peinture qui parait très documenté sur la situation, les coutumes et les mœurs  en Calabre. Un roman dans les montagnes de l’Aspromonte rempli de l’odeur des olives, de la couleur du cerasuolo* et du goût de la ‘nduja piccante**.
*Vin des Abruzzes.
** Saucisson calabrais à tartiner à base de porc et de piment.

Pourquoi un roman policier devrait-il être une littérature de bas de gamme et manquer de poésie ?  
« Le sentier coupait à mi-coteau, zigzaguant comme un serpent. De loin, c’était un fil marron qui brisait le vert du talus, ce galimatias -d’herbes, arbustes, genêts, figuiers de Barbarie, agaves, arbres divers- qui remontait la crête jusqu’à un plateau tourné vers la mer, ou se dressaient des châtaigniers piquant le ciel de leurs innombrables bras nus, des pins déployant leur majestueux parasol, des chênes-lièges. Le mont grimpait raide de la mer jusqu’au sommet, mais on avait aménagé çà et là quelques pauses, des petites terrasses soutenues par des murs montés à sec selon un art ancien. »

Il est rare que je décerne quatre étoiles pour un roman policier. Pourtant, ils composent un fort pourcentage de mes lectures. À lire donc pour ceux qui aiment les dépaysements et la poésie rurale.

polarmonde-150x122Polars du Monde : Calabre, Italie

Pour l’avis de Claude Le Nocher cliquez ici,  pour celui de Sharon

La revanche du petit juge de Mimmo Gangemi,Seuil, 2015, 352 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Les bons sentiments des truands ne servent que leurs intérêts.

 

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « **** « La revanche du petit juge » de Mimmo Gangemi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *