** « La lettre à Helga » de Bergsveinn Birgisson

L’amour désire jusqu’à l’impossible et sait se contenter de peu.
                                                                                                           Honoré de Balzac

c_la-lettre-a-helga_2812J’avoue…j’ai failli reposer ce roman mono-épistolaire  après quelques chapitres. En dépit de toutes les chroniques dithyrambiques*  qui me l’avaient fait noter, je n’arrivais pas à entrer dedans, à comprendre ce nonagénaire quasi prêt à mourir et dont certaines pensées me donnaient le bourdon : « Il y a des moments où on regarde ses pantoufles en pensant qu’un jour elles seront encore là, tandis qu’on n’y sera plus pour les enfiler. »
* les autres je ne les note pas.

Revenu sur ses terres après un  séjour en maison de retraite, Bjarni Gislason, ancien éleveur islandais de mouton, pêcheur solitaire de lump et contrôleur du fourrage de sa région, voit de sa fenêtre l’ancienne maison d’Helga. Il lui envoie par lettre la confession amoureuse d’un homme qui renonça à un amour plutôt que de quitter sa ferme pour un avenir incertain.

Marié à Unnur qui n’avait pu lui donner d’enfant, il a été pendant des années le voisin d’Helga puis fut, un temps,  son amant. Elle tomba enceinte  et, ne voulant pas être l’objet de commérages, le chassa le jour où,  il refusa de tout abandonner pour vivre avec elle à Reykjavik.

Dans ce billet, il raconte, parfois crument, son désir physique, ses envies, sa colère, sa détresse, sa culpabilité, ses regrets mais aussi son amour pour son coin de pays, ses moutons , sa vie dure  et les petits plaisirs qu’étaient la lecture et la poésie.

Partagé entre son mode de vie et son amour, il a choisi sa terre et ses traditions, se contentant d’observer de loin avec des jumelles la femme aimée et leur fille qui ne fut jamais  la sienne.

Pourquoi ? Pourquoi cette lettre écrite alors que le cimetière se rapproche et qu’il ne peut faire aucun projet ni envisager un avenir avec Helga ?

Il faut aller jusqu’à la fin pour le savoir.

Vous trouverez les billets, parfois émerveillés, parfois non, en cliquant sur les noms : Violette,Zazy, Noukette, L’Oiseau-LyreLeiloona, Karine, Sophie, Sylire.

La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson, Zulma, 2013, 131 pages, Roman.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Pourquoi ?

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « ** « La lettre à Helga » de Bergsveinn Birgisson »

    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Cela m’étonnait aussi que tu ne l’ai pas lu. J’ai cherché en van ton billet. Je comprends pourquoi maintenant.
      Le Papou

      Répondre
  1. Sandrine

    « Il y a des moments où on regarde ses pantoufles en pensant qu’un jour elles seront encore là, tandis qu’on n’y sera plus pour les enfiler. » : voilà effectivement de quoi fuir… par contre, le fait que les lecteurs soient partagés sur ce roman le rend d’autant plus intéressant…

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      La seule question qui m’a interpellé : Pourquoi attendre la fin de sa vie pour mettre à nu ses sentiments ?
      D’autant que quand on connait la fin ça ne sert pas à grand chose.
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *