**** « La fille dans le brouillard » de Donato Carrisi

Maintenant, on sait en temps réel ce qui se passe à l’autre bout du monde mais on ne sait plus ce qui se passe en bas de chez nous.

« À Avechot, il y avait deux valeurs importantes : la foi et l’argent. » Dans ce village perdu des Alpes, la religion a pris une allure sectaire et  la découverte d’un filon de fluorite a soudainement enrichi  certains habitants.
Anna Lou  une jeune fille  très contrôlée par une mère ultra religieuse, disparait. Fugue ou enlèvement ?

La technique du vaniteux et égocentrique  commissaire Vogel  consiste à  trouver un suspect et à le faire craquer en utilisant  les médias. Ce qui lui a valu, dans le passé,  une glorieuse réputation jusqu’au  fiasco de sa dernière enquête.
« Se débarrasser du passé n’était qu’une façon de ne pas admettre ses propres échecs. Et le futur qu’ils accueillaient tous avec tant de joie ne serait, d’ici douze mois, qu’une année inutile à oublier. »

C’est le professeur Martini, nouvellement arrivé  avec sa femme et sa fille, qui se retrouve dans le collimateur de l’enquêteur, bien décidé à regagner sa célébrité perdue et retrouver sa binette en première page des grands quotidiens.
La voiture du professeur s’est retrouvée  à plusieurs reprises sur des photos de la disparue prises par un camarade amoureux.

Pourtant trente ans plus tôt, plusieurs jeunes filles rousses, comme Anna Lou, avaient disparues et n’avaient jamais été retrouvées. En dépit du fait que  l’âge du professeur ne peut le relier à celui que les journaux avaient surnommé « l’homme du brouillard », Vogel continue d’enquêter sur lui.

Le commissaire pense que la procureure Rebecca Mayer, qui veut que l’enquête reste dans le cadre de la loi, est : « une petite pute pédante et idéaliste.  il faut  seulement flatter son ego, lui faire ressentir la chaleur des projecteurs. Personne ne pouvait y renoncer, même au risque de s’y brûler.

Martini est arrêté.

Avant d’être un roman policier de bonne facture, « la fille dans le brouillard » est surtout une violente critique  sur  les magouilles  entre policiers peu scrupuleux, journalistes fouille-merde*, avocats véreux avec une population prête à dire n’importe quoi pour apparaitre dans les actualités médiatiques.
*De nos jours, journaliste fouille-merde est devenu un pléonasme.

En 2011, Donato Carisi faisait une apparition fulgurante et élogieuse dans la blogosphère avec « Le chuchoteur » , son premier roman auquel je n’avais attribué que 2 *, comme au suivant intitulé « Le tribunal des âmes ».

Depuis, J’avais  mis de côté  cet auteur qui faisait pleuvoir des cadavres dans un orage d’hémoglobine.

Faisait à l’imparfait car, dans « la fille dans le brouillard » pas de sang, ni même de …cadavre mais, une ambiance délétère qui vous prend aux tripes avec une double envie contradictoire d’arrêter de lire et de connaitre la suite.

Un excellent thriller qui se termine, non pas sur un, mais sur trois coups de théâtre qui devraient surprendre et fasciner le lecteur.

La fille dans le brouillard, Donato Carrisi, Calmann-Lévy, 2016, 313 pages, Thriller.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou :Quatre étoiles et pourtant les films et les livres dont des innocents sont les victimes me mettent mal-à-l’aise.

Be Sociable, Share!

11 réflexions au sujet de « **** « La fille dans le brouillard » de Donato Carrisi »

  1. Suzanne

    Et dire que je n’ai encore lu  »Le chuchoteur ». Mais dis-moi, tu me conseillerais plutôt celui-ci comme  »premiers pas » à travers les mots de Carrisi?

    Répondre
  2. jpvalentin Auteur de l’article

    Tout dépend si tu aimes le glauque sanguinaire ou pas. « La fille dans le brouillard » reste un des meilleurs thrillers que j’ai lu depuis longtemps.
    Amicalement
    Le Papou

    Répondre
  3. dasoola

    Bonjour Le Papou, j’avais aimé Le chuchoteur, nettement moins le Tribunal des âmes et beaucoup Malefico. Je note celui-ci. Carrisi semble savoir se renouveler. Bonne fin d’après-midi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *