*** « La faiseuse d’anges » de Camilla Lackberg

« La colère est une courte folie »  Horace

CVT_La-faiseuse-danges_580Patrik Hedström est policier enquêteur dans la ville de Fjällbacka. Son épouse, Erica Falck, est une romancière à succès qui met régulièrement son nez dans ses enquêtes.

Selon Camilla Lackberg, les évènements du passé ont souvent un impact sur les exactions du présent. Un peu comme si le fameux battement de l’aile d’un papillon provoquait un séisme des années plus tard.
Elle ajoute dans ce dernier tome les problèmes potentiels de l’hérédité et de l’éducation.

Ebba, une jeune femme qui vient de perdre son enfant, a justement une hérédité  inquiétante. Une ancêtre tueuse d’enfants* qui fut exécutée en son temps, une arrière grand-mère devenue folle et alcoolique, une grand-mère insensible et une mère trop faible qui, le jour de Pâques 1974, a brusquement et mystérieusement disparu avec toute sa famille, la laissant orpheline à l’âge d’un an.
* une faiseuse d’anges.

Maintenant mariée à Melker, elle est revenue prendre possession de son héritage sur l’île de Valö, en face de Fjällbacka, pour en faire une maison d’hôtes.

Ils sont victimes de deux agressions ce qui amène la police et ses techniciens scientifiques sur l’île où, au milieu des travaux de rénovations, ils vont trouver des indices qui les amènent à enquêter de nouveau sur la disparition de la famille Elvander.

Rune Elvander, le père,  avaient ouvert un pensionnat pour adolescents difficiles. Au moment des vacances, il ne restait que cinq enfants, partis à la pêche au moment de la disparition, et devenus pour certains des personnages importants.

Des révélations envisagées par l’un d’entre eux risquent de mettre en péril leurs situations, leurs finances, leurs orgueils ou leurs familles.

La folie est présente tout au long de ce roman, même dans la conclusion surprenante mais, elle n’est pas forcément là où on l’attendait.

En créant ce microcosme quasi familial autour d’un commissariat d’une petite ville suédoise et en nous faisant participer à leur vie quotidienne et à son évolution, Camilla Lackberg est devenue l’auteur de romans policiers nordiques que je préfère actuellement.

Tamara aime bien la série,

La faiseuse d’anges de Camilla Lackberg, Actes Sud, 2014, 407 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Il est important de connaitre quels types de poisson se pêchent suivant les saisons.

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « *** « La faiseuse d’anges » de Camilla Lackberg »

  1. Tamara

    À celles et ceux qui n’ont pas encore découvert cette série de polars, je conseille vraiment de les lire dans l’ordre, vu qu’il y a une chronologie familiale de la romancière/détective Erica Falk !

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      En effet ! Et les tribulations « amoureuses » d’Anna, la sœur d’Erica, continuent…et pas dans le bonheur.
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *