** « La disparition de Maura » de Tess Gerritsen

Maura Isles, médecin légiste, et Jane Rizzoli, inspecteur de police, sont les vedettes d’une série télévisée américaine.

9782258100015Comme d’habitudes j’ai commencé par la fin, attaquant le huitième de la série alors que le premier me tendait les bras  sa couverture.

Maura a disparu, enfin, pas tout à fait, car nous suivons les péripéties de  ses aventures tandis que Jane Rizzoli, sa copine fliquette aidé de Gabriel, son mari  FBIen, enquête pour la retrouver et que Daniel Brophy son amant de curé se morfond et bat sa coulpe pour lui avoir manifesté moins d’affection.

Que s’est-il donc passé ?

Alors que sa relation amoureuse bat de l’aile, Maura se rend à un colloque de médecins légistes au Wyoming. Elle y rencontre un de ses anciens condisciples d’université, bel homme divorcé qui lui propose un week-end en montagne avec sa fille adolescente et un couple d’amis.

Rien ne se passe comme prévu. Ils sont pris dans une tempête de neige et le GPS  les dirige sur une route abandonnée où leur voiture de location s’enneige*. Téléphones sans connexions, ils s’enfoncent dans le blizzard et arrivent dans un hameau qui semble avoir été abandonné précipitamment.
*J’aurais pu écrire s’encongère.

Poussés par l’inquiétude de Daniel, Jane et Gabriel se rendent au Wyoming mais la découverte de la voiture brûlée au fond d’un ravin avec quatre cadavres difficilement identifiables stoppe toutes recherches.

Après vérification des empreintes dentaire, Maura ne se trouve pas parmi les victimes.

Qu’est-elle devenue ?

Vous combinez une secte à tendances pédophiles, un charnier, une riche multinationale malintentionnée  et tout un tas de sauvageries ; un vieil homme sauvage, une nature sauvage, un enfant sauvage, une décharge sauvage et vous obtenez un cocktail sauvage  mortel.

Le danger rôde dans les montagnes du Wyoming et la cruauté de certains humains est bien plus impitoyable que celle des bêtes dites féroces.

J’ai apprécié cette première lecture des aventures de Rizzoli et Isles. Le premier de la série m’attend quelque part.

Sharon m’a poussé* dans cette lecture.  (son billet)
*Elle n’a pas eu besoin de forcer

La disparition de Maura de Tess Gerritsen, Presse de la Cité, 2013, 219 pages, Roman policier.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Je voyais Maura plus lucide dans ses relations humaines. Il est vrai qu’un médecin légiste n’a pas à prévoir ni à s’engager dans de futurs rapports avec ses clients.

Be Sociable, Share!

8 réflexions au sujet de « ** « La disparition de Maura » de Tess Gerritsen »

  1. Oncle Paul

    Bonjour Papou
    Je n’ai pas encore lu de Tess Gerritsen et j’avoue que ton papier et surtout sa notation ne m’y encouragent guère. On verra plus tard lorsque j’aurai lu les 18000 livres qui attendent dans ma bibliothèque…
    Amitiés

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Comme j’aime bien la série et surtout Sacha Alexander (en tout bien, tout honneur) Je voulais me rendre compte de la série bouquin. Ce n’est pas si mauvais. Mais, bon, avec avec le nombre de bouquins qui t’attend, je te comprends.
      Amitiés
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *