**** ‘La dernière fugitive » de Tracy Chevalier

Celui qui accepte le mal sans lutter contre lui coopère avec lui
                                                                                       Martin Luther King

Dieu a dit, il y aura des hommes blancs (et) des hommes noirs…et tous seront égaux. Mais ça ne sera pas facile
                                                                                                 Coluche

Coeur3
Au m
41lHHyGfOPL._SL160_ilieu du XIXe siècle, Honor Bright, une jeune anglaise du Dorset, délaissée par son fiancé, décide de suivre en Amérique sa jeune sœur Grace, qui doit y rejoindre son futur époux.

De Bridgeport à Faithwell en Ohio, les voyages sont périlleux et leurs difficultés nombreuses et imprévues. Cela modifiera complètement  l’idée un peu romantique qu’elle s’en était fait.

Le mal de mer, d’abord, dont elle souffre pendant tout le mois de la traversée,  anéantit toute idée éventuelle de retourner en Angleterre, puis la mort de Grace, emportée par la fièvre jaune, la fait arriver à destination toute seule, connaissant à peine, William, le promis de sa sœur et pas du tout Abigail, la belle-sœur de ce dernier, veuve depuis peu.

Honor est une adepte des  quakers, une religion qui prône la tempérance et l’égalité de tous les être humains, refuse le mensonge et ne peut évidemment pas accepter qu’un homme célibataire  vive avec deux femmes.

Son mariage avec un jeune fermier permet à Honor de trouver sa place dans ce nouveau monde, si différend de son Angleterre natale. Elle ne trouve aucune affection auprès de sa belle-mère, dont l’intransigeance et la dureté sont bien loin des principes et des obligations de sa religion.
Dès son arrivée et sa première rencontre avec une esclave en fuite, Honor décide de les aider malgré la loi fédérale et  l’interdiction ordonnée par sa belle-mère.

Malheureuse et enceinte elle  décide de s’enfuir de son foyer.

Une très belle peinture de la vie rurale dans l’Ohio de cette époque et de ses bouleversements incessants causés  par les déplacements des immigrants vers l’Ouest et des esclaves vers le Nord. L’arrivée du chemin de fer, le développement de l’Ouest américain, la situation des noirs et les désaccords entre le Nord et le Sud, qui aboutiront moins de vingt plus tard à la guerre de Sécession, forment l’autre partie du décor de ce beau roman.

Dans ce nouveau pays, si l’entraide existe encore elle commence à faire place à l’émergence d’une nouvelle mentalité où le commerce va primer sur les convictions morales ou religieuses.

J’étais tombé plus amoureux du tableau  « La jeune fille à la perle« * que du roman dont l’histoire m’avait paru bien légère.
J’ai adoré, dans celui-là, le talent de Tracy Chevalier  pour  décrire dans un style classique  les bruits, les odeurs et les couleurs de cette époque ainsi que  son approche délicate des sentiments éprouvés par Honor.

*on n’est beaucoup mais je suis le plus beau.

Les avis de Sassenach, Véronique, Uncoindeblog, et de Maggie76.

PS : Ne pas hésiter à mettre ensemble  et en exergue une citation de  Martin Luther KIng et une autre de Coluche. Quelle audace  ! Quelle bravitude ! (signé: anonyme)

La dernière fugitive de Tracy Chevalier, Folio, 2013, 303 pages, Roman Historique
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Connaissiez vous les « quilts » ? Ces édredons, au nombre de 7, qu’une jeune mariée devaient apporter en dot. Grâce à Tracy Chevalier vous pourrez différencier le style anglais de l’américain et commencer à préparer votre prochain mariage. 

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « **** ‘La dernière fugitive » de Tracy Chevalier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *