*** .La dent du serpent. Craig Johnson

« Cette région regorgeait de vie dans un temps où l’homme blanc, pour ce que l’homme rouge en savait, n’existait pas. »

Combien la dent du serpent est moins cruelle que la douleur d’avoir un enfant ingrat. »
                                                                                                                  Shakespeare Le Roi Lear

Le personnage de Walt Longmire m’a plu dès le début par sa compassion et son empathie envers tous ses administrés, incluant les indiens qui vivent dans son comté d’Absaroka.

Cette-fois, il est intrigué par un ange qui, selon une vieille dame,  viendrait, pendant son absence, faire les réparations qu’elle lui demande par écrit.
Walt croit dans de nombreuses légendes Crows  ou Cheyennes mais pas aux anges.

Il arrête un adolescent qui squattait l’appentis de la maison et faisait le travail demandé  contre un peu de nourriture.

Cord aurait une quinzaine d’années et aurait été rejeté par une secte des mormons. et Sarah, sa mère, a disparu en le recherchant.

Dans l’enquête pour retrouver Sarah Tisdale, Walt va se heurter à la violence d’une  cellule de cette « église »  et rencontrer un vagabond qui prétend être Orrin Porter Rockwell, un homme de loi mormon devenu ne légende pourtant… décédé en 1878.

Après avoir  retrouvé la grand-mère de Cord, Walt apprend que son grand-père, Dale « Airdale » Tisdale avait travaillé pour la  CIA, fait de la prison au Mexique et serait disparu dans un accident d’avion.
Il dirigeait une opération nommée « Milshake » qui déroutait du pétrole sur une grande échelle ce qui pourrait être  une des clés expliquant  l’installation sur le Teapot Dome, des terres abandonnées par les pétrolières, de cette extension de l’église mormone du Dakota du sud.

IL aura besoin de l’aide de Henri Ours-Debout son ami indien, et de Victoria son adjointe pour mettre fin aux manigances de cette société sectaire mais perdra un adjoint, et deux seront gravement blessés..

Mais qui est l’homme qui se prend pour Orrin Porter Rockwell ?
Une fin surprenante dont Craig Johnson a le secret.

Le billet de Claude Le Nocher,  .

La dent du serpent, Craig Johnson, Gallmeister, 2017, 376 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : J’ai appris que dans certaines sections des mormons, les anciens renvoyaient les  jeunes hommes pour s’accaparer les jeunes femmes. Pourtant, chez eux,  la polygamie a été abrogée en 1880. Je suis sceptique mais pas forcément surpris.

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *