** « La cause était belle » de Lee Child

Là où il n’y a le choix qu’entre lâcheté et violence, je conseillerai la violence.
                                                                                                                                   Gandhi

9782253092926-TAu courant du siècle dernier, je me souviens de plusieurs séries de héros vengeurs qui éliminaient sans pitié les vilains méchants. L’un d’entre eux, dont le nom par ailleurs m’échappe complètement, s’attaquait aux familles mafieuses américaines.
L’ancien policier militaire Jack Reacher, le personnage de Lee Child, fait parti de cette catégorie sauf qu’il n’agit pas en vengeur mais en justicier qui défend tous ceux qui sont maltraités, battus ou humiliés

Le Nebraska est un des endroits les moins peuplés des États Unis. Certains villages sont si loin dans le nulle part que les services de police et de santé sont au diable vauvert* et qu’aucun étranger ne s’y arrête jamais.
*en France on préciserait à Trifouillis-les-Oies, Pétaouchnock, ou encore Perpète-les-olivettes et au  Québec à Saint-Meumeu-des-creux ou Saint-glin-glin-des-Meumeu.

Sur la route de la Virginie, Jack Reacher s’y retrouve pourtant. Le chauffeur qui l’avait pris en stop ne pouvant le rapprocher plus près de sa vague destination finale.

Dans le bar du motel, style science-fiction des années 70 nommé Apollo Inn, le propriétaire-secrétaire-réceptionniste-barman, M. Vincent, continue à alimenter en bourbon le poivrot et seul médecin du coin qui refuse catégoriquement d’aller soigner une femme. La décision de Jack de conduire le praticien-pochard sera le déclencheur de ses ennuis. La femme qui les reçoit a  le visage en sang, le nez aplati et les lèvres fendues.

À partir du moment où Jack retrouve le mari, Seth Duncan, et lui écrase le tarin avec grande violence et avec, disons-le, grand plaisir, les choses se compliquent pour notre ancien militaire car la famille Duncan terrorise toute la région, aidée par une dizaine d’anciens footballeurs* universitaires reconvertis dans la protection et l’intimidation.
*américains

Ils sont aussi les fournisseurs d’un produit de grande valeur* pour une famille de la mafia italienne de Las Vegas, qui le revend à la mafia libanaises qui le revend à la mafia syrienne qui etc., malheureusement le retard de leur  dernier arrivage  a provoqué la venue dans le bled de deux pistoleros siciliens. Les Duncan, en prétendant que Jack est responsable du retard, font apparaitre aussi deux sicaires libanais suivis de deux spadassins syriens.
*qu’on ne connaitra qu’à la fin

Dorothy, la femme de ménage du motel lui confirme la mainmise des Duncan sur la région ainsi que la disparition, vingt cinq ans plus tôt, de sa fille alors âgée de huit ans. Jack décide de traquer les Duncan et de trouver ce qui est arrivée à la petite fille.

Je vous passe les détails sur la grande détresse des géants sportifs à chacune de leurs  rencontres avec Jack et sur l’association mortifère des tueurs.

Pendant ce temps, un sniper, calme et patient, ayant repéré une des cachettes de Jack, attend, le fusil prêt à exploser le crane de notre héros.
Pendant ce temps la dernière cargaison retardée des Duncan se rapprochent « à pied »* de la frontière canado-américaine.
*Voilà le genre de spoilage qui va me valoir les foudres des ayatollahs anti-spoil
Pendant ce temps, Jack continue son travail de démolition…pour un épilogue plus abominable encore que l’imagination du lecteur ne l’avait envisagé.

Pour le billet de Sharon, fervente admiratrice de Jack Reacher, cliquez .

La cause était belle de Lee Child, Le Livre de Poche, 2015, 571 pages, Thriller
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Le redresseur de torts qui défend la veuve et l’orphelin fait partie des héros que l’on admire et, en même temps, sa violence brutale nous effraie. Mais comme disait mon ancêtre « si tu n’es pas du côté des méchants, alors tu es du côté des bons, même…quand ils sont très méchants. »

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « ** « La cause était belle » de Lee Child »

    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Oui c’est et cela m’a tellement surpris que je n’ai pas pu m’empêcher de noter cette pensée.
      Bonne année
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *