*** « Jeu de miroirs » d’Andrea Camilleri

La vengeance est plus douce que le miel.
                                                                         Homère

Une enquête de Salvo Montalbano.

51h-hefb13l-_sx195_Quel but poursuit  Liliana, la jolie voisine de Salvo, en se montrant plus qu’amical en société,  l’aguichant  même, alors qu’elle a déjà, outre un mari souvent absent, un jeune amant avec qui elle vit une passion débridée?
Honnêtement Salvo ne se pose pas la question. Certes, il est bien plus vieux que la belle mais son cœur et le reste sont encore très jeunes.

Pourtant il aurait dû.
Plusieurs bombes explosent devant des magasins de Vigata, ce qui arrive régulièrement lorsque le « pizzo *» n’est pas versé à la Mafia, nais ceux-là étaient vides et les propriétaires ne sont donc pas les cibles.
*Racket pour la protection

Le bâtiment voisin du premier attentat abrite le sotto-capo* d’une famille responsable du commerce de la drogue et le fils d’un de ses anciens « capodecinna** » actuellement sous les verrous.
*Sous-chef délégué
**Chef d’équipes

Trop d’informations et de désinformations embrouillent les enquêteurs comme un jeu de miroirs troublent le flâneur*.
*D’où le titre.

Salvo et ses adjoints  apprennent que le mari de Liliana ne fait plus partie de la société qu’il représentait  et que sont stock d’ordinateurs  demeure introuvable.

Et si la pluie ne tombe pas souvent en Sicvile on ne peut pas dire autant des cadavres.
Troublant !

Jeu de miroirs, Andrea Camilleri, Fleuve éditions, 2016, 240 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : On peut savourer le miel de la vengeance par personne interposée.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *