*** « Illusions de lumière » de Louise Penny

C_Illusion-de-lumiere_8735
La plupart des enquêtes de l’inspecteur Armand Gamache se passe dans le village de Three Pines.


Après le premier de la série « En plein cœur », qui porte aussi le titre de « Nature morte » dans un autre pays, j’écrivais :«  Voici un endroit, qui sent bon le thé, les muffins et la réglisse, où on a très envie de s’y pelotonner dans un vieux chandail confortable. »

Cinq romans plus loin, je ne suis plus sur de vouloir m’y installer*.
*Mais je continuerai à les lire.

Comprenez-moi ! Three Pines est finalement un petit village où les meurtres s’accumulent et les visiteurs en sont parfois victimes.

Dans ce roman, le lendemain d’une fête en l’honneur de la première exposition de Carla au musée d’Art contemporain de Montréal, on découvre dans son jardin le corps d’une inconnue.

Les mondes de l’Art pictural et des A.A. forment la base sur lequel Louise Penny a construit cette énigme. Des mondes où la beauté des œuvres s’opposent à la laideur des humains et où leur rencontre peut provoquer une implosion de haine.

Carla est très surprise en apprenant que cette femme, qu’elle n’avait pas reconnu, avait été  une amie d’enfance dont la méchanceté avait causé leur séparation.

Mais notre artiste-peintre de Three Pines n’était pas la seule à avoir souffert de la malveillance de la victime qui, devenue critique artistique au journal La Presse, avait détruit des carrières par des petites phrases cinglantes dont les artistes ne se relevaient pas.

Après avoir vécu d’expédients à New York pendant une trentaine d’années elle était revenue au Québec, inscrite aux A.A. et essayait d’obtenir le pardon des personnes qu’elle avait diffamées.

Était-elle honnête dans ces démarches ?
Les personnes peuvent-elles vraiment changer ?
La vengeance est certainement la raison de ce meurtre mais qui refusait de pardonner ?

 La victime n’était pas invitée à la fête et ne connaissait pas le village qui, je vous le rappelle, ne figure sur aucune carte du Québec. En trouvant celui qui lui avait indiquée la route nos enquêteurs vont pouvoir élucider ce meurtre.

Ses romans permettent à Louise Penny de faire doucement évoluer les relations entre ses personnages.

Illusion de lumières de Louise Penny, Flammarion Québec, 2013, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Je n’aurais pas du sauter les deux romans qui précède celui-là. Tant pis pour moi !

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « *** « Illusions de lumière » de Louise Penny »

  1. yueyin

    disons qu’on peut sauter des épisodes mais du coup on a des blancs dans l’évolution des personnages 🙂 en tout cas je te conseille Enterrez os morts que j’ai adoré 🙂 (le dernier aussi mais bon c’est le dernier quoi)

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      Je suis débordé et je viens de lire 4 polars d’affilé. Là, je suis avec Hislop le soir et Flagg la journée. pff pff pff !
      Le Papou

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *