***  »Du sang sur la Baltique » de Viveca Sten

Pauvre cœur, que d’illusions t’ont bercé, que d’espérances t’ont caressé, pour finir par la haine.
                                                                                                         Henri-Frédéric Amiel

9782253093022-TVous savez déjà  que dans mon billet de ‘’La reine de la Baltique’’, j’avais en fait commencé par celui que je chronique aujourd’hui avant que ma liseuse ne fasse disparaitre le roman  au firmament des incompréhensions électroniques.

Quelques temps plus tard, je le récupérais, grâce à l’Héritière, mais décidais de lui faire la tête*.
*Où va-t-on si les bouquins décident si on peut les lire ou non ?

L’île de Standhamn, près de Stockholm, est un des hauts lieux du nautisme de plaisance et voit chaque année de départ du tour de l’île Gotland organisé par le club nautique royal KSSS dont le vice-président se nomme Oskar Juliander.

À la minute même du coup de feu  du départ de la régate, il est abattu d’une balle en pleine tête à la barre de l’Emerald Gin,  son magnifique voilier Swann  tout neuf.

Nous retrouvons nos deux policiers, Thomas Andreasson et Margit Grankwist de l’unité de police de Nacka qui, au début de cette nouvelle enquête doivent trouver d’où le coup de feu fut tiré et les raisons de ce meurtre.

La personnalité de la victime, un illustre avocat profondément égoïste, spécialisé dans l’administration des faillites et qui trompe allègrement sa femme, multiplie les possibilités de motivations de l’assassin.

L’enquête s’épivarde donc dans diverses directions,  la jalousie d’une maitresse, celle d’un mari, la vengeance d’un client, les relations ambigües avec un groupe mafieux, une  affaire scabreuse de pot-de-vin, sans compter que la victime  était pressenti pour devenir le nouveau président du club nautique.

Alors ? Jalousie, vengeance ou ambition ?

J’avais écrit précédemment que Nora Linde, amie d’enfance de Thomas,  était  un autre personnage important de cette série. Cette fois-ci, elle va aider les policiers dans leurs recherches sur les finances occultes de la victime tout en essayant de vivre avec son enfoiré* de mari, plus intéressé par l’argent que par le bonheur de son épouse.
*Et…je pèse mes mots

Pendant ce temps, Martin Nylèn responsable de la commission financière du KSSS, qui  entretient une liaison cachée, est abattu à son tour avec la même arme.

Cette fois encore la conclusion donnée par Viveca Sten m’a surpris. Je n’étais pas loin du coupable mais pour de mauvaises raisons, un détaillounet nous étant  adroitement et malicieusement caché jusqu’à l’épilogue*.
*On pouvait le supposer mais on pouvait aussi ne pas y penser.

polarmonde
Suède

  »Du sang sur la Baltique’ de Viveca Sten, Le livre de poche, 2015, 432 pages, Policier
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Les problèmes amoureux de Thomas m’ennuient.

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « ***  »Du sang sur la Baltique » de Viveca Sten »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *