**** « Corps et âmes » de Frank Conroy

Quand on compose de la musique, on est à l’intérieur de soi.
C.-E. Couture

cvt_Corps-et-ame_1601La musique, cet assemblage de sons qui, talentueusement agencés,  suscite une infinie palette de sentiments, est l’un des deux personnages principaux de ce roman.

 L’autre c’est Claude, un enfant new-yorkais dont la mère un peu folle tait les  informations sur la naissance, qui trouve dans un coin du sous-sol où ils habitent un petit piano droit.

C’est le début d’une extraordinaire aventure musicale. Ce petit garçon, aidé du propriétaire d’un magasin de musique et de divers professeurs, va devenir un pianiste reconnu et admiré.

J’ai adoré…tout en ressentant une gêne et sans en comprendre les raisons. Ce n’était ni les explications détaillées sur l’initiation au piano, les mécanismes de création ou les diverses formes musicales. Bien que parfois difficiles à suivre et à comprendre, elles ne m’ont jamais incommodé.

Et puis j’ai trouvé lorsque un des professeurs lance à Claude, alors jeune marié à une femme multimillionnaire, et déprimé par quelques échecs :
« Je suis frappé par le fait que tant de choses vous ait été données. »

C’était cela mon problème. Je lisais un conte de fées. Une histoire de vilain petit canard qui devient un grand et beau cygne. Le récit d’un petit garçon malingre, malaimé et sans avenir devenu un beau et talentueux musicien aimé de tous.
J’aime bien les contes de fées surtout quand la souillon épouse son prince ou  le bateleur sa princesse.

Je n’ai plus ressenti aucun embarras jusqu’à la fin. Jusqu’au moment où le secret sur la naissance de Claude est enfin dévoilé au lecteur mais pas au principal intéressé.

Un beau roman, sur la musique, sur l’amour, sur la chance donnée où non à la naissance, et de nouveau ce léger inconfort causé, cette fois,  par l’impression de ne pas réussir à  vous expliquer les raisons du plaisir qu’il m’a donné.

Le billet de Karine . je n’ai pas trouvé  celui de Yue Yin pourtant mentionnée chez notre belle saguenéenne, ni celui de Lucie ce qui est encore plus surprenant.

Corps et âme de Frank Conroy, Gallimard, 2004, 688 pages, Roman
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Il n’y a pas de chat dans ce roman pourtant :
« Il y a deux moyens d’oublier les tracas de la vie : la musique et les chats. »
A. Schweitzer

 

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « **** « Corps et âmes » de Frank Conroy »

  1. yueyin

    j’ai adoré ce roman, vraiment, au point que bien sûr je n’ai pas su écrire de billet… oui c’est vrai qu’il a beaucoup de dons mais un ben mauvais départ dans la vie quand même 🙂

    Répondre
    1. jpvalentin Auteur de l’article

      D’accord mais reconnais qu’à partir du moment où son talent est perçu, rien de perturbant ne lui arrive.
      Le Papou

      Répondre
  2. Lucie

    Peux-tu croire que je n’ai jamais lu ce livre, même si sa couverture m’a bien sûr attirée un nombre incalculable de fois. Tu m’as convaincue qu’il fallait que je le lise! 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *