Archives de catégorie : index-des-auteurs

**** « Trente-six chandelles » de Marie-Sabine Roger

Tu vois la médecine a beau faire des progrès tous les jours, on n’a encore rien trouvé contre la connerie. A voir le nombre de gens atteints, ça mériterait pourtant qu’on vote des crédits.
                                                                                                                               Nassardine

41gm43lfcrl-_sx195_La question de connaitre à l’avance la date de sa mort fait partie des interrogations existentielles que l’on se pose vers l’adolescence.
En finalité, je ne sais pas pour les autres, mais j’ai toujours répété que ça ne m’intéressait pas. Et puis on est jeune, au début d’un cycle de vie que l’on espère le plus long possible…c’est quoi cette question à la con.

Mortimer Decime, lui sait depuis sa plus tendre enfance qu’il va mourir le jour anniversaire de ses 36 ans comme tous ses ancêtres masculins.
Morvan, son arrière-arrière grand-père noyé dans un bidet.
Morin, son arrière grand-père réduit en confettis.
Maurice, son grand-père foudroyé par la faute d’un âne.
Et enfin Maury, son père tué par un ballon. « Sa mort lui avait pourri la vie. »

Cette fatalité a amené la famille a donné aux garçons des prénoms commençant par « Mor » et aux filles, destinées à vieillir longtemps,  débutant par « Vi ».

Mortimer a tout prévu. Il a annulé son bail, vidé son réfrigérateur, fait couper l’électricité, acheté un sobre costume d’enterrement,  et vendu ou donné ses quelques biens puis s’est couché sur son lit, les bras le long du corps, dans la position préférée des pompes funèbres.
« Décéder fait partie de ces moments intimes qui supportent assez mal les témoins importuns. »

Il attend quand soudainement Paquita  fait irruption dans son appartement.
« Ta sonnette ne marche pas. »
Logique, il a fait couper l’électricité.

Il connait Paquita et Nassardine, son époux, depuis ses années de collège où, depuis leur camion, ils vendaient des crêpes aux étudiants.

Mortimer repense à sa courte vie, comment envisager un avenir quand on sait qu’on va mourir jeune ? Comment tomber en amour, il y a bien eu Justine mais elle est partie à New York ?
« Personne n’appartient à personne, jamais. »

Mais… l’heure présumée de sa mort passe et Mortimer  se retrouve, je dirai presque sans plaisir, toujours vivant. Il va imaginer toutes sortes de motifs pour ce raté,  allant même supposer une erreur dans sa déclaration de naissance.

Mais les jours passent et Mortimer doit réapprendre à vivre, heureusement aidé par Paquita et Nassardine.

Une première partie surprenante et mélancolique qui méritait un coup de cœur, une fin un peu trop prévisible pour ça, mais un vrai 4 *.

PS : J’ai aimé ce dicton,  «quand on vit dans le désert, on finit par aimer le premier cactus qui pousse. »

Clara , Violette, Dasola, Lily, Sandrine, et certainement beaucoup d’autres en ont parlé.

Trente-six chandelles, Marie-Sabine Roger, Éditions du Rouergue, 2014, 277 pages, Roman.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : une fin trop fleur bleue.