Archives de catégorie : Citations

La servante écarlate (Florilège)

Ce roman, écrit il y a une trentaine d’années, peut sembler prémonitoire, heureusement, la bêtise des hommes ne nous a pas encore entrainé aussi loin dans l’horreur mais j’ai bon espoir*, cela s’en vient.
*Ceci est une ironie !

L’histoire de « la servante écarlate » se situe dans un monde qui a basculé dans un totalitarisme théocratique.
J’avais trop de notes sur ce roman pour les inclure dans mon billet de lecture, en voici quelques-unes.

La justification
«C’était après la catastrophe, quand ils ont abattu le Président, mitraillé le Congrès et que les militaires ont déclaré l’état d’urgence. Ils ont rejeté la faute sur les fanatiques islamiques, à l’époque.* »
*Tiens, tiens !

 Le monde
« Nous sommes au cœur de Gilead, là où la guerre ne peut pas faire intrusion, sauf à la télévision. Où sont les frontières, nous n’en sommes pas sûres, elles varient en fonction des attaques et des contre-attaques, mais nous sommes ici au centre, où rien ne bouge. »
– «  Les archives qui ont survécu à cette époque sont fragmentaires, car le régime gileadien avait l’habitude de vider ses ordinateurs* et de détruire les épreuves après diverses purges et bouleversements internes.
 »
*Cela s’est déjà fait

La société
« Nous ne sommes pas autorisées à nous y rendre sauf à deux…La vérité, c’est qu’elle est mon espionne et moi la sienne… Cette femme-ci est ma partenaire depuis deux semaines. Je ne sais pas ce qui est arrivé à la précédente. Un beau jour, elle n’était simplement plus là, et celle-ci était là à sa place. Ce n’est pas le genre de choses sur quoi on pose des questions, car les réponses ne sont pas en général de celles qu’on voudrait entendre. De toute façon, il n’y aurait pas de réponse.* »
– « Les hommes portent des blouses blanches, comme celles que portaient les médecins ou les savants…On les a retrouvé, grâce à des recherches dans les archives des hôpitaux…ou…grâce à des informateurs : des infirmières, peut-être… ou par un autre médecin espérant sauver sa propre peau, ou par quelqu’un déjà inculpé…dans une tentative désespérée de sauver sa peau. Quoique les informateurs ne soient pas toujours graciés.* »
*Ça aussi !

Vivre et survivre
« J’aimerais croire que ceci est une histoire que je raconte. J’ai besoin de le croire. Il faut que je le croie. Celles qui peuvent croire que pareilles histoires ne sont que des histoires ont de meilleures chances…C’est aussi une histoire que je raconte, dans ma tête, au fur et à mesure. »
« La santé mentale est un bien précieux, Je l’économise comme les gens économisaient jadis de l’argent, pour en avoir suffisamment, le moment venu. »

Adages et conséquences :
« Qui ne gaspille pas ne connaîtra pas le besoin. On ne gaspille pas. Pourquoi suis-je dans le besoin ? »
« J’ai appris à me passer de beaucoup de choses. Quand on possède beaucoup de choses, disait Tante Lydia, on s’attache trop à ce monde matériel et on oublie les valeurs spirituelles. Vous devez cultiver la pauvreté du cœur. Heureux les humbles. Mais elle ne disait pas qu’on aurait la terre en partage. »

Informations et  Ignorance
« Serena nous laisse toujours regarder les informations. Telle qu’on les donne : Qui sait si une seule de ces nouvelles est véridique…N’importe quelle nouvelle, aujourd’hui, vaut mieux que pas de nouvelles du tout. »
– « Nous vivons, comme d’habitude, en ignorant. Ignorer n’est pas la même chose que l’ignorance, il faut se donner de la peine pour y arriver. »

L’amour, le pouvoir et la mort
«  Mais j’ai tort, personne ne meurt d’être privé de rapports sexuels. C’est du manque d’amour que nous mourrons. »
– « Mais souvenez-vous que le pardon est un pouvoir. Le mendier est un pouvoir, le refuser ou l’accorder est un pouvoir, peut-être le plus grand de tous. »

La religion
« La vitrine de Parchemins de l’Âme est en verre incassable. Derrière la vitrine on voit des machines à imprimer, des rangées et des rangées de machines… Ces machines impriment des prières ; rouleau après rouleau, des prières en sortent à l’infini. »
– « Je prie…Mon Dieu. Qui est au Royaume des Cieux… Tu pourrais même leur fournir un Paradis. Nous avons besoin de Toi pour cela. L’Enfer, nous pouvons nous le fabriquer nous-mêmes. »

Les chutes
« La nuit tombe. Ou est tombée. Comment se fait-il que la nuit tombe au lieu de se lever comme l’aube ? Et pourtant si l’on regarde vers l’est, au coucher du soleil, on peut voir la nuit se lever, et non pas tomber, l’obscurité monter dans le ciel, comme un soleil noir, derrière une couverture de nuages. »
« Tomber amoureuse, disions-nous. Je suis tombée amoureuse de lui. Nous étions des femmes qui tombions. »

La propriété
« Il me caresse le corps à présent, de la proue à la poupe, comme on dit, frôlements le long du flanc gauche, puis jusqu’au bas de la jambe gauche. Il s’arrête au pied, les doigts encerclant la cheville…là où se trouve le tatouage…C’est le signe de la propriété. »

Les fleurs poussent quand même
« Les tulipes sont rouges, d’un cramoisi plus foncé vers la tige, comme si on les avait coupées là et qu’elles commençaient à cicatriser. »

Bonn lecture et bonnes réflexions.