** « À découvert » Harlan Coben

Où serait le mérite, si les héros n’avaient jamais peur ?
                                                                  Alphonse Daudet

51GDLGHE9fL._SL500_SS115_Le héros de la principale  série d’Harlan Coben, Myron Bolivar* est un ancien champion de basketball et ex-agent du FBI qui, devenu agent sportif, joue les détectives pour aider ses clients.
*10 tomes entre 1995 et 2011.

Ce n’est pas une de mes séries préférées*, mais je suis  têtu, un peu aventurier et  pas mal avide de nouveautés. Et puis, ce  titre était dans ma liseuse et  je lis rarement des  romans-jeunesse. Il se présentait comme une enquête et j’aime le genre, alors pourquoi pas ?
*Je sens le knout sur mes épaules.
« À découvert » est la première enquête de Mickey,  le neveu de Myron, 15 ans, beau bébé de 90 kilos pour 195 cm. Il vit chez son oncle depuis l’accident de voiture qui a causé le décès de son père  et l’hospitalisation de sa mère pour des problèmes de drogue.

Bien que Mickey est assisté à l’accident, une voisine âgée, style sorcière, surnommée la femme chauve-souris,  prétend que son père ne serait pas mort. Puis Ashley, sa nouvelle petite amie disparait mystérieusement.

Nouvel arrivant dans un lycée huppé du New Jersey, après avoir grandi en voyageant au gré des missions humanitaires de ses parents, Mickey se fait deux nouveaux amis parmi les élèves solitaires. Arthur surnommé « Spoon »  le fils du concierge du lycée, impassible en toutes circonstances et friand d’anecdotes sans rapport avec les sujets de discussion et Emma, une ado rondelette et gothique, bouc émissaire des brutes du lycée jusqu’à ce que Mickey lui tende la main.
Une autre élève, Rachel Caldwell, la plus belle fille du lycée va aussi s’impliquer dans la recherche d’Ashley.

Ils découvrent  bientôt que cette dernière  n’était pas la jeune fille timide dont Mickey était tombé amoureux, qu’elle fréquentait un milieu dangereux et avait donné au lycée une fausse adresse.
Les recherches de notre détective en herbe vont modifier ses connaissances sur ses parents, dévoiler un trafic de jeunes femmes et révéler les actions d’une ONG qui tente de les sauver.

Cette série jeunesse d’Harlan Coben peut être lue et appréciée  par tous.
Les  quatre adolescents sont sympathiques, leurs caractères bien marqués avec une légère préférence, en ce qui me concerne, pour la jeune gothique.

À découvert d’Harlan Coben, Fleuve noir, 2012, 279 pages, Policier jeunesse.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Harlan Coben ne s’est pas trop fatigué pour expliquer tardivement  le décès ou non du père de Mickey et les choix de l’ONG, du genre qui on sauve et qui on condamne, m’ont légèrement embarrassé.

Be Sociable, Share!

4 réflexions au sujet de « ** « À découvert » Harlan Coben »

  1. Yv

    Bonjour
    En fait Je pense que Harlan Coben ne se fatigue pas du tout, il surfe sur le succès sans vraiment faire dans l’originalité. J’en ai lu un, très bien et en ai tenté un ou deux autres après, très décevants

    Répondre
  2. Oncle Paul

    Bonjour Papou
    Je l’ai lu avec plaisir car je me considère encore comme un ado. Il ne faut pas leur fatiguer les nerones à ces pauvres petits, sinon ils ne liront plus; Déjà qu’ils ont du mal à lâcher des yeux leurs tablettes… De jeux vidéos !
    Amicalement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *