à bientôt (suite)

216px-Tour_Eiffel_Wikimedia_CommonsOn s’est enfin posé en Périgord après quelques jours parisiens où nous avons de nouveau présenter nos hommages à Madame La Tour Eiffel. Certains sont même montés jusqu’au troisième étage*.
*Les fous !… ou les courageux.

280px-SacreCoeur_tbLe plus agréable aurait pu, après une courte visite au Sacré Cœur et une non moins courte promenade sur la place du Tertre, devenue une chausse-trappe à touristes où on retrouve plus  de portraitistes, caricaturistes et découpeurs de profil que de vrais peintres, de descendre la rue Lepic, une rue qui dans mes souvenirs étaient un petit résumé de la vie du petit peuple de Paris.

260px-P1040837_Paris_XVIII_rue_Lepic_rwkLa rue elle-même n’ a pas beaucoup changé, petite, étroite et toute en descente mais l’esprit parisien n’y est presque plus entre les restos asiatiques et les épiciers maghrébins qui vous offrent, si je puis dire, leurs produits à des prix* que ne désavoueraient pas certains bijoutiers de la place Vendôme.
*Tourisme oblige.

En bas de la rue, J’aurai pu  lancer, comme Cécile Sorel, « l’ai-je bien descendue » ? Que nenni ! Car il fallait la remonter pour trouver une petite crêperie bretonne. Heureusement, la fatigue a disparu rapidement, chassée par un petit cidre brut venu directement d’une province occidentale et une gouteuse galette  à l’andouille de Guéméné.

Ce matin, en Périgord, le temps est maussade et quelques gouttes humidifient la floraison du cerisier et du lilas tandis que les pampres de la glycine s’entrouvrent et les rosiers bourgeonnent.

A bientôt !

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *