Archives quotidiennes :

*** « Dragon » de Thomas Day

L’apocalypse est au commencement de soi puisque la fin précède toute naissance.
                                                                                                           Victor Lévy-Beaulieu

 

Dans Bangkok, une ville submergée peu à peu par  une mousson qui n‘en finit plus et par une corruption généralisée, un tueur en série élimine des  étrangers venus seulement  pour profiter du tourisme sexuel infantile. Un lieutenant de police est chargé de trouver le meurtrier, surnommé Dragon,  si possible discrètement pour éviter d‘effrayer l‘industrie touristique.

Bangkok est devenu la ville de tous les excès avec un futur qui semble intéresser de plus en plus les auteurs de science-fiction apocalyptique  ou postapo.*
*Dans cette ordre d‘idée, je vous conseille « La fille automate » de Paolo Bacigalupi.

Thomas Day réussit le prodige de nous offrir un roman qui mêle, avec talent, plusieurs genres. On ne sait plus si on se trouve mêlé à un  roman noir, pour ne pas dire gore, une histoire apocalyptique ou un conte fantastique.

Un peu exagéré, me direz-vous !  le terrorisme existe, le tourisme sexuel existe, la pollution généralisée augmente,  la destruction des forêts s‘intensifie, le réchauffement climatique s‘accélère,  des dirigeants politiques nient les apports des scientifiques  pour les remplacer par des postulats intégristes, des extrémistes fanatiques prennent de plus en plus d‘importance dans les démocraties, dictatures et chaos contrôlent de plus en plus de pays, l’esclavage est en progression etc…

Les réflexions de Vert, et Yueyin.

Dragon, Thomas Day, Le Bélial, 2016. 160 pages, S.F.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Le plus dérangeant est que les solutions pour arrêter la dégradation des civilisations et le pourrissement  de nos sociétés semblent bien dérisoires.