Archives quotidiennes :

*** « Saga Parisienne » de Gilles Schlesser

Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui ont tous été remplacés.
                                                                                                              Georges Clémenceau 

Tome 1 : 1942/1958 Un balcon sur le Luxembourg

Tome 2 : 1959/1981 D’une rive à l’autre

 

Tome 3 : Au rendez-vous de l’Heure bleue

 

 

En lisant le premier tome, j’ai ressenti  une drôle d’impression ; celle de remonter le temps, de revivre mon enfance   et d’en retrouver les personnages et les événements presque totalement oubliés.

Le roman commence en 1942 sous l’occupation allemande et…(non, je ne suis pas encore de  ce monde, mais cela ne va pas tarder)  je vais dans les années qui suivent écouter les grandes personnes parler de l’actualité, même si je n’y comprends  pas grand-chose.

Tous ces dirigeants qui pensaient dominer leur monde et dont, soixante ans plus tard, seuls les historiens et  les élèves studieux se rappellent les noms, tous ces acteurs et actrices qui ont fait rêver leurs admiratrices et dont les noms sont restés dans la mémoire collective parce que leurs films ne coûtent pas chers à rediffuser ou pour une réplique* que l’on écorche souvent  sans se souvenir du titre, toutes ces vedettes de la chanson dont le souvenir s’est éteint en même temps que la voix.
*Ma préférée dans Hôtel du nord de Marcel Carné « Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? »
Arletty à Louis Jouvet

Ce serait trop fastidieux de donner des noms et pas honnête pour tous ceux que j’oublierai.

Saga : Épopée familiale se déroulant sur plusieurs générations

Dans une famille, on peut trouver de tout. Un futur écrivain célèbre et officier de l’État, un frère torturé et exécuté par les allemands, un autre dont l’insouciance va provoquer la folie de  leur sœur  et en fricotant avec les malfrats proches de la Gestapo, l’arrestation de ses voisins juifs.

Le premier à eu trois enfants, une fille qui dès son adolescence est devenue une violoniste de renommée mondiale reconnue pour son jeu et aussi pour ses extravagances, et des jumeaux vivant en symbiose jusqu’à l’âge adulte et dont on va alors se rendre qu’ils sont complètement différents sexuellement parlant.

Il élève aussi la fille de sa sœur  rejetée dès sa naissance.

Et puis il y a aussi Valentin, le grand-père, homme d’affaires fortuné qui a épousé en seconde noces une starlette sans avenir mais avec un enfant, dont les dents rayent le parquet et prête à tout pour spoiler l’héritage des enfants de son mari.

Une famille c’est aussi les conjoints, les enfants des enfants, les demi-frères, les amis, Moulodji* ce personnage incontournable de Saint-Germain des Prés dans les années 1960, le fils du voisin juif échappé miraculeusement à la déportation et sauvé par l’ancienne starlette qui était aussi la maîtresse de son  père
* Marcel Mouloudji, 1922-1994 chanteurauteur-compositeur-interprète, peintre et acteur français.

l’aîné va réussir à entrer à l’Académie Française pendant que l’autre fera fortune grâce aux tableaux de maîtres qu’il a spolié. L’un admire sa famille et l’autre le Picasso intitulé « L’Heure bleue » qu’il cache dans une pièce secrète.

Pour tout vous dire, sorti des années de mon enfance, et des événements qui l’ont marquée, des soirées sans télé…mais avec la TSF, « la famille Duraton », « Sur le banc, avec Carmen et La Hurlette » « le tour de France (pendant un mois) », des ballades en  autobus à plateforme découverte, à partir des années 1970 donc, il ne m’est plus resté que la saga de la famille Ormen, une saga familiale comme une autre, une saga qui se lit facilement  et dont on continue à tourner les pages pour en connaitre le dénouement…mais, bien sur, il n’y a pas de dénouement final dans une histoire de famille qui se continue, seules quelques minuscules  conclusions pour des fins de cycle.

Saga parisienne, Gilles Schlesser, Parigramme, 2011-2012, Roman
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : La vie de certaines familles est compliquée, heureusement, ce n’est la vie de toutes.